Compétences et acquis au terme de la formation

musi2m  2019-2020  Louvain-la-Neuve

Penser et agir en tant qu'acteur culturel critique, c’est-à-dire poser un regard réflexif et critique sur la société au travers de ses productions sonores, musicales et culturelles passées et présentes, tel est l’objectif principal que le diplômé de master en archéologie et histoire de l’art (or. musicologie) est appelé à atteindre. Ainsi, au terme de son cursus, l’étudiant aura acquis une maîtrise active et intégrée un corpus de savoirs disciplinaires et pluridisciplinaires (connaissances, terminologies, problématiques, méthodes, cadres conceptuels) indispensables pour agir avec expertise dans les différents domaines de la musicologie. Il pourra étudier et analyser une œuvre, un corpus, une problématique complexe en convoquant les méthodologies propres aux disciplines de la musicologie tout en aiguisant son regard critique. Il pourra mener un travail de recherche original et personnel brassant une quantité importante et diversifiée d’informations selon une démarche systématique et rigoureuse, fera preuve d’une capacité d’autonomie dans la gestion d’une recherche, d’un projet personnel et plus largement dans la mise à jour de ses connaissances. Ainsi, la CP ARKE/MUSI désire donc former des intellectuels humanistes, acteurs ouverts sur le monde musical, culturel et socioprofessionnel capables de comprendre ce monde, d’en donner des clés de compréhension et de s'y intégrer avec facilité et efficacité.

Au terme de ce programme, le diplômé est capable de :

1. Penser et agir en tant qu'acteur culturel critique : Poser un regard réflexif et critique sur la société au travers de ses productions sonores, musicales et culturelles passées et présentes.

1.1. Être un citoyen actif conscient des enjeux socio-culturels du monde présent en interrogeant les productions humaines du passé et du présent, en comprenant leur inscription dans un réseau socioculturel et historique complexe ;
1.2. Inviter la société à la prise de conscience de l’importance de ses productions matérielles et sonores en sensibilisant à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine, tout en étant ouvert aux manifestations artistiques, sonores, musicales et culturelles contemporaines ;
1.3. Faire preuve d’indépendance intellectuelle dans le raisonnement, porter un regard critique sur des productions tant matérielles qu’intellectuelles à travers une grande diversité de corpus (typologique, chronologique, géographique, etc.) ;
1.4. Penser et agir dans la multi- et l’interdisciplinarité en s’ouvrant à d’autres cadres conceptuels et méthodologiques en vue non seulement d’engranger des connaissances mais d’être capable de construire soi-même ce savoir.

2. Maîtriser des savoirs : Maîtriser de manière active et intégrée un corpus de savoirs disciplinaires et pluridisciplinaires (connaissances, terminologies, problématiques, méthodes, cadres conceptuels) indispensables pour agir avec expertise dans les différents domaines de la musicologie.

2.1. Maîtriser un socle de savoirs dans chacun des domaines de la musicologie ;
2.2. Maîtriser des savoirs spécialisés dans des domaines encore plus spécifiques ;
2.3. Articuler et confronter des savoirs issus de disciplines connexes (histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, anthropologie, géologie, etc.) ;
2.4. ​À partir des savoirs acquis, contribuer au développement de nouveaux savoirs dans les domaines de la musicologie, en lien avec la recherche.

3. Appliquer les méthodologies disciplinaires : Étudier et analyser une œuvre, un corpus, une problématique complexe en convoquant les méthodologies propres aux disciplines de la musicologie et en aiguisant son regard critique.

3.1. Étudier une œuvre, un ouvrage, un corpus particulier à travers une analyse formelle, technique, iconographique et iconologique en convoquant diverses approches disciplinaires ;
3.2. Être capable de les resituer dans leur contexte historique et socio-culturel, d’en comprendre les interactions et les enjeux ;
3.3. Réfléchir à l’apport de nouvelles méthodes et faire évoluer ces méthodes dans un souci d’adaptation aux situations concrètes et diverses.

4. Effectuer une recherche en appliquant une démarche scientifique : Mener à bien un travail de recherche original et personnel brassant une quantité importante et diversifiée d’informations selon une démarche systématique et rigoureuse.

4.1. Construire et traiter des problématiques spécifiques autour d’un sujet donné. Faire preuve d’un raisonnement clair et structuré en appliquant, et en adaptant, si nécessaire, des cadres conceptuels donnés ;
4.2. Effectuer une recherche documentaire sur un sujet : collecter une grande quantité d’informations (sources secondaires et primaires) et en sélectionner les plus pertinentes ;
4.3. Analyser une quantité importante d’informations : décrire, organiser et synthétiser les données de manière systématique et rigoureuse. Critiquer et confronter les documents ;
4.4. Interroger le corpus d’informations de manière pertinente : y appliquer les méthodologies disciplinaires tout en y apportant son propre regard réflexif et critique, construisant un travail neuf et personnel sur la problématique ;
4.5. Communiquer de manière scientifique et pédagogique, oralement et par écrit, les résultats de sa recherche.

5. Gérer de façon autonome son travail et son parcours de développement : Faire preuve d’une capacité d’autonomie dans la gestion d’une recherche, d’un projet personnel et plus largement dans la mise à jour de ses connaissances.

5.1. Gérer en autonomie un travail de recherche en appliquant une démarche scientifique et en transposant les savoirs et les méthodologies à des problématiques nouvelles et des situations pluridisciplinaires ;
5.2. 

Planifier et gérer son propre parcours, poser des choix personnels dans sa formation ;

5.3. Développer sa curiosité intellectuelle : être intéressé et ouvert aux perspectives d’évolution et de changement tant dans le domaine des connaissances que dans celui des méthodes de médiation de ces savoirs ;
5.4. Être acteur de sa formation : gérer de manière autonome l’acquisition et la mise à jour de ses connaissances et de ses savoir-faire ;
5.5. Gérer son temps et planifier les étapes de la réalisation d’un projet.

6. Être ouvert sur le monde culturel et socioprofessionnel : Comprendre le monde culturel et le monde socioprofessionnel de manière à pouvoir s'y intégrer avec facilité et efficacité.

6.1. Analyser mais aussi concevoir, organiser et adapter des dispositifs culturels variés et des médiations ciblées pour des publics diversifiés ;
6.2. 

S’insérer souplement à un environnement socioprofessionnel ;

6.3. Tisser des liens et interagir avec les opérateurs du monde culturel et patrimonial ;
6.4. Collaborer efficacement au sein d'une équipe, s’adapter et négocier des manières de fonctionner.

7. S'il choisit la finalité spécialisée en art et musique : Cette finalité est axée sur la discipline propre de l’orientation, tout en proposant aux étudiants un choix de cours qui leur permet d’établir des ponts entre la musique et les arts visuels. Aussi, au terme de cette finalité spécialisée en art et musique, l’étudiant aura acquis des connaissances théoriques, pratiques et techniques bien précises dans le domaine grâce notamment à différents cours spécialisés (histoire de la critique d’art, histoire de l’humanisme, art et littérature, bible et culture, art et nouveaux médias, typologie et permanence des imaginaires mythiques, etc.). Grâce au stage accompli, le diplômé aura acquis une belle expérience du milieu professionnel et des pratiques disciplinaires.


8. S'il choisit la finalité spécialisée en animation, gestion et musique : Cette finalité propose aux étudiants une formation axée sur les métiers de la musique. Gestion, critique, animation musicale sont les points forts de cette finalité organisée en collaboration avec l'Ecole de communication de l'UCL et l’IHECS (Institut des Hautes Etudes en Communication Sociale, Bruxelles). Aussi, au terme de cette finalité spécialisée en animation, gestion et musique, l’étudiant aura acquis des connaissances théoriques, pratiques et techniques bien précises dans le domaine grâce notamment à différents cours spécialisés (analyse des productions médiatiques, communication des organismes culturels, réalisation sonores, productions d’événements, réseaux culturels européens, animation et critique artistique, etc.). Grâce au stage accompli, le diplômé aura acquis une belle expérience du milieu professionnel et des pratiques disciplinaires.


9. S'il choisit la finalité spécialisée en musique-musicologie : Cette finalité offre aux étudiants la possibilité de poursuivre des études pratiques en musique qu’elles soient de l’ordre de l’interprétation (instrument, chant) ou de l’écriture (composition, analyse, etc.). Cette finalité est organisée en collaboration avec l’IMEP (Institut Supérieur de Musique et de Pédagogie). Aussi, au terme de cette finalité spécialisée en musique-musicologie, l’étudiant aura acquis des connaissances théoriques, pratiques et techniques bien précises dans le domaine grâce notamment à différents cours spécialisés (analyse et écriture, formation au langages contemporains, musique assistée par ordinateur, acoustique et facture instrumentale, etc.). Grâce au stage accompli, le diplômé aura acquis une belle expérience du milieu professionnel et des pratiques disciplinaires.


10. S'il choisit la finalité spécialisée interuniversitaire : Cette finalité offre aux étudiants la possibilité de suivre des cours de musicologie dans les deux autres universités francophones qui organisent un master en archéologie et histoire de l’art (or. Musicologie). Au terme de cette finalité interdisciplinaire, l’étudiant aura pu se frotter à des pôles d’excellence différents de ceux qu’il trouve dans sa propre unversité. Cette complémentarité lui permettra d’acquérir des connaissances plus pointues dans certains domaines spécifiques.