Compétences et acquis au terme de la formation

crim2m  2020-2021  Louvain-la-Neuve

Apporter un éclairage critique et proposer une intervention étayée face aux questions que posent la pénalité, les infractions et les transgressions sociales tel est le défi que le diplômé du Master en criminologie se prépare à relever. L'École de criminologie de l’UCL propose aux étudiants souhaitant œuvrer dans le champ de la prévention, de la répression, de l’accompagnement et de leur évaluation, une formation axée sur la problématisation des transgressions (passages à l’acte, carrières déviantes, etc.) et des usages de la pénalité (création et application des lois), de ses effets et de ses alternatives.

Pour y parvenir, le diplômé maîtrise un large socle théorique et méthodologique spécialisé dans les principales disciplines autour desquelles s’articule la criminologie (psychologie, psychiatrie, sociologie, sciences médicolégales et droit). Il est capable d’appréhender et d’analyser, selon une approche transdisciplinaire, pragmatique et réflexive des « situations-problèmes » intéressant la criminologie dans toute leur complexité et de construire des pistes de recherche et d’actions concrètes et pertinentes, en tenant compte du contexte. Il est capable de communiquer, dialoguer, interagir et collaborer, en jouant si nécessaire le rôle de mise en liaison ou de médiateur, avec les différents acteurs impliqués dans une situation donnée.

À travers son choix de finalité, le diplômé privilégie soit une formation orientée vers l’intervention de terrain ou clinique soit, vers les métiers de la recherche et de l’évaluation.
Conscient de la responsabilité propre à sa profession, le diplômé aura intégré une attitude d’acteur critique, capable de prendre des décisions et d’assumer des choix en plaçant les valeurs éthiques au cœur de ses préoccupations. Il aura intégré une logique de développement continu qui lui permettra d’être un professionnel faisant preuve d’expertise, de polyvalence, capable de s’adapter et d’évoluer positivement dans son environnement.

Au terme de ce programme, le diplômé est capable de :

  • Maîtriser de manière intégrée un corpus de connaissances relatives aux disciplines principales (droit, psychologie, psychiatrie, sociologie, sciences médicolégales) autour desquelles s’articule la criminologie, corpus sur lequel le diplômé s’appuie pour comprendre et réfléchir une « situation-problème » intéressant la criminologie.

  • Maîtriser le corpus de lois et de règles qui d’une part érigent certaines situations en infractions et d’autre part définissent et organisent les façons dont les autorités publiques les appréhendent et les résolvent. 
  • Maîtriser les théories psychologiques, psychiatriques, sociologiques et médicolégales mobilisées par la criminologie pour expliquer ou problématiser ces situations, phénomènes définis comme criminels ou perçus comme déviants. 
  • Étudier les processus de création des lois et des règles, leur application, ainsi que les usages et effets de la pénalisation des situations.
  • Analyser de manière approfondie les éléments politiques, économiques, sociaux et psychiques en jeu dans la réaction sociale formelle et informelle.
  • Analyser de manière approfondie les processus psychiques et sociaux en jeu dans les passages à l'acte et dans les carrières déviantes.
  • Analyser de manière critique ce que la problématisation criminologique des situations pénalisées ajoute ou enlève à leur intelligibilité.

  • Maîtriser et mobiliser la rigueur de la méthodologie indispensable à toute intervention et à toute réflexion sur des questions intéressant la criminologie.

  • Faire preuve de la rigueur, de la précision et de l’esprit critiques indispensables à toute démarche scientifique.
  • Réfléchir de manière scientifique les phénomènes qui intéressent la criminologie en fonction des facteurs psychologiques, psychiatriques, médicolégaux, sociologiques, économiques, politiques, historiques et culturels.
  • Maîtriser et mobiliser les outils d’analyse tant statistiques que qualitatifs pertinents pour l’étude de problématiques données.

  • Analyser de manière critique, selon une approche transdisciplinaire et réflexive, des « situations-problèmes » intéressant la criminologie et contribuer à l’élaboration de réponses et d’actions concrètes et contextualisées.

  • Approcher les réactions sociales formelles et informelles et les «situations-problèmes» auxquelles elles s’appliquent en articulant les différents angles d’analyse disciplinaires et en tenant compte des limites de chaque discipline et de leurs interrelations. 
  • Appliquer une méthodologie rigoureuse qui, tout en composant avec les incomplétudes, permette tout à la fois de problématiser la « solution » pénale et de résoudre les «situations-problèmes», au moyen de débats constructifs entre les diverses disciplines mobilisées par les criminologues. 
  • Dans ce dialogue transdisciplinaire, faire preuve de réflexivité et de recul critique, vis-à-vis d’autrui et de soi-même.
  • Analyser, évaluer, restituer clairement et établir des liens entre des informations et des points de vue différents, en interaction avec les acteurs et institutions impliqués dans les «situations-problèmes».
  • Élaborer des stratégies et des actions concrètes en faisant preuve d’ouverture et de créativité
  • Confronter théorie et pratique, notamment à travers une expérience de stage, afin d’apprendre à porter un regard critique sur le fonctionnement d’une institution et sur un ou plusieurs type(s) de situations problématiques.

  • Analyser les pratiques d’intervention et leurs logiques pour apprendre à se positionner dans divers champs d’intervention avec pertinence et réflexivité.

  • Connaître, comprendre, analyser et porter un regard critique sur différentes institutions (par exemple : les organisations policières, les tribunaux, les prisons, l’aide à la jeunesse, l’aide aux justiciables, la santé mentale …) qui font l’objet des études de criminologie.
  • Comprendre, analyser et critiquer de manière argumentée et selon une approche transdisciplinaire les fondements théoriques, la pertinence et les limites des principaux modes, techniques et pratiques d’intervention des criminologues. 
  • Différencier la pluralité d’intervention et leurs types de finalités et penser l’articulation entre, d’une part, la prévention/protection et le traitement et, d’autre part, la répression, la sanction, la probation, la guidance, la médiation, la réparation…
  • Maîtriser et appliquer les outils méthodologiques liés à l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des pratiques d’intervention dans les divers champs qui intéressent le criminologue.

  • Concevoir et réaliser un travail de recherche de nature transdisciplinaire (mémoire), mettant en œuvre une démarche scientifique et méthodologique rigoureuse, pour approfondir une question de recherche inédite relative aux usages du pénal et aux situations-problèmes qui intéressent la criminologie.

  • Formuler une question de recherche complexe. 
  • Rendre compte de l’état des connaissances sur cette question.
  • Construire et mettre en œuvre un dispositif méthodologique rigoureux et pertinent en vue d’y répondre.
  • Concevoir et réaliser, le cas échéant, une recherche empirique quantitative et/ou qualitative, en mobilisant les outils d’analyse adéquats.
  • Analyser et interpréter les résultats.
  • Développer un esprit de synthèse et formuler des conclusions.
  • Faire preuve, de manière générale, d’un recul critique tant sur son propre travail que sur les connaissances qui y sont mobilisées.

  • Communiquer, dialoguer, collaborer et tenir la fonction d’interface avec les différents acteurs impliqués dans une situation donnée.

  • Communiquer, à l’oral et à l’écrit sur des sujets complexes (des informations, des idées, des conclusions, des pistes d’actions concrètes, ainsi que les connaissances et principes sous-jacents) de façon claire, structurée, argumentée selon les standards de communication spécifiques au contexte et en adaptant sa présentation au public visé et aux intentions poursuivies.
  • Dialoguer de manière respectueuse et constructive avec des interlocuteurs variés (tant d’un point de vue socio-culturel, qu’au départ de leur fonction, de leurs champs d’action et de leur domaine disciplinaire d’expertise) en faisant preuve de capacité d’écoute, d’ouverture d’esprit, d’empathie, de distanciation et d’assertivité.
  • Reconnaitre et prendre en considération la diversité des points de vue et des modes de pensée, remplir la fonction d’interface ou de médiateur entre des points de vue contrastés et gérer de manière constructive les conflits dans un souci éthique.
  • Interagir et collaborer efficacement au sein d’une équipe pluridisciplinaire et avec différents acteurs en réseaux impliqués dans une situation donnée. 
  • En langues étrangères* (néerlandais ou anglais) communiquer à l’oral et à l’écrit de façon claire, cohérente, argumentée et avec aisance sur des sujets d’ordre général ou relatifs au domaine d’études ; Percevoir les différences et similitudes entre la culture cible (relative à la langue concernée) et la culture d’origine ainsi qu’utiliser des stratégies appropriées pour établir le contact avec des locuteurs de la culture cible.
    * Niveau B2 du cadre européen commun de référence.

  • Agir de manière professionnelle, en acteur critique et responsable, animé par une éthique, et soucieux d’un apprentissage continu.

  • S’engager, décider et agir de manière responsable dans le respect du cadre et du contexte de travail, de la déontologie et des valeurs éthiques.
  • Agir de manière autonome dans le respect d’autrui en faisant preuve du sens des responsabilités et en étant capable de prendre et d’assumer des décisions.
  • Identifier et intégrer, de manière autonome, les nouvelles connaissances et compétences nécessaires pour pouvoir appréhender rapidement de nouveaux contextes et situations.
  • Intégrer une logique d’évaluation et d’apprentissage continu nécessaire pour évoluer dans son environnement social et professionnel.
  • Faire preuve de tolérance, d’ouverture d’esprit et assumer ses doutes.