Compétences et acquis au terme de la formation

inge1ba  2020-2021  Louvain-la-Neuve

Se former au mieux pour aborder le Master en ingénieur de gestion pour, au terme du master, «Devenir des experts en gestion, socialement responsables et entreprenants, intégrant les aspects technologiques et industriels ainsi que l’innovation», tel est le défi que l’étudiant-e bachelier en ingénieur de gestion se prépare à relever.

Le programme de bachelier en ingénieur de gestion permet à l’étudiant d’acquérir progressivement les connaissances et compétences indispensables pour se préparer au mieux au métier de décideur au sein d’une organisation/entreprise, intégrant un rôle d’interface et de dialogue entre les métiers du management et les métiers orientés sciences et technologie.

Pour y parvenir, le programme de bachelier en ingénieur de gestion permet au diplômé d’acquérir un large socle de connaissances et de compétences dans le domaine des sciences de gestion, mais aussi en méthodes quantitatives, sciences et technologies, sciences économiques, humaines et sociales. Le diplômé bachelier aura développé sa capacité de réflexion, d’analyse critique et la maîtrise d’outils orientés vers l’aide à la décision, avec un ancrage dans la réalité économique, sociale et organisationnelle, à travers une pédagogie active basée sur l’étude de problématiques concrètes. Cela inclut également le développement d’aptitudes de travail autonome et en équipe, de facultés de communication spécifiques et de créativité.

En outre, comme tout bachelier de la Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication (ESPO), le diplômé aura développé :

  • une approche pluridisciplinaire lui permettant de questionner de manière précise et étayée un phénomène ou une question relatifs au domaine des sciences humaines ;
  • une démarche universitaire basée sur la recherche scientifique et une méthodologie rigoureuse et critique ;
  • ses compétences en communication en français et dans deux langues étrangères ;
  • un mode de réflexion soucieux du respect de valeurs éthiques et citoyennes.

Durant les trois années de bachelier, le diplômé aura fait preuve d’une autonomie croissante. Il aura développé son projet de formation et, au terme de son programme de bachelier, il s’engagera dans un master spécifique, tout en ayant en perspective la construction de son projet personnel et professionnel.

Au terme de ce programme, le diplômé est capable de :

Comme tout bachelier de la Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication :

AAC1. Maîtriser et mobiliser les savoirs fondamentaux (connaissances, modèles, théories, concepts) de la discipline (ou des disciplines) située(s) au cœur de son orientation d’études et de ses domaines d’application, pour comprendre l’être humain en société et l’ensemble des relations, organisations et institutions auxquelles il participe.

AAC1.1. Démontrer une connaissance et une compréhension critique du socle de savoirs approfondis (connaissances, modèles, théories, concepts) de la discipline (ou des disciplines) de son orientation (autrement dénommée sa « majeure » sur le site de Louvain-la-Neuve) et de ses domaines d’application.
AAC1.2. Comprendre, expliciter et analyser de manière critique, à l’aide du socle de savoirs de la discipline (des disciplines), différentes problématiques propres à son orientation.

AAC2. Maîtriser et mettre en œuvre les premiers jalons d’une démarche universitaire (démarche de recherche scientifique et méthodologique rigoureuse) située sur le plan épistémologique pour approfondir des questionnements/phénomènes relatifs à la (aux) discipline(s) de son orientation.

  • Situer toute connaissance produite sur le plan épistémologique (AAC2.1. et AAC2.2.).
  • Faire preuve de la maîtrise des premiers jalons d’une démarche scientifique et méthodologique de recherche rigoureuse (AAC2.3. à AAC2.6.).

AAC2.1. Adopter un recul critique sur les savoirs, sur les processus d’élaboration des savoirs, et sur des pratiques dans le domaine de son orientation.
AAC2.2. Mettre en discussion différents paradigmes (ou approches conceptuelles) pour approcher, interpréter et analyser (débattre) un(e) phénomène/question relatif(ve) à la discipline de son orientation.

AAC2.3. Identifier et sélectionner les publications et les méthodes appropriées (en questionner la validité et la pertinence) pour analyser une question relative à la (aux) discipline(s) de son orientation.
AAC2.4. Développer une analyse critique et réflexive de l’information et des publications (en français et en anglais), auxquelles l’étudiant sera confronté dans sa vie universitaire, et en réaliser une synthèse pertinente, conforme aux règles de base de la communication scientifique, en regard de la question qui est étudiée.
AAC2.5. Maîtriser et appliquer de manière rigoureuse les méthodes qualitatives et quantitatives principales relative à la (aux) discipline(s) de son orientation.
AAC2.6. Mener un travail de réflexion autonome et personnel : élaborer une analyse informée, un raisonnement argumenté et un jugement personnel fondé.

AAC3. Elaborer une réflexion personnelle en mobilisant les apports (théories, concepts, démarches...) de différentes disciplines pour questionner et discuter de manière rigoureuse et ouverte un(e) phénomène/question relatif(ve) au domaine des sciences humaines.

AAC3.1. Démontrer une connaissance et une compréhension critique des concepts et théories clés des principales disciplines des sciences humaines et sociales (entre autres : économie, philosophie, droit, histoire, socio-anthropologie, sciences politiques, gestion).
AAC3.2. Approcher, questionner et discuter un(e) phénomène/question relatif(ve) au domaine des sciences humaines en articulant différents angles d’analyse disciplinaires et en veillant à adopter une posture critique et nuancée vis-à-vis des limites de chaque discipline et de leurs interrelations.
AAC3.3. Démontrer une connaissance et une compréhension critique de savoirs approfondis dans d’autres disciplines que celles de son orientation (discipline(s) relative(s) à son choix de mineure pour les programmes organisés à Louvain-la-Neuve).

AAC4. Communiquer et collaborer, en français et dans deux langues étrangères, tant à l’oral qu’à l’écrit, en s’adaptant à ses interlocuteurs et au contexte en vue de pouvoir s’insérer dans un contexte international.

AAC4.1. Communiquer, à l’oral et à l’écrit sur des sujets complexes (des informations, des réflexions, des conclusions ainsi que les connaissances et principes sous-jacents) de façon claire, structurée, argumentée selon les standards de communication spécifiques au contexte et en adaptant sa présentation au public visé et aux intentions poursuivies.
AAC4.2. Pour 2 langues étrangères* (anglais et néerlandais ou allemand ou espagnol) : communiquer à l’oral et à l’écrit de façon claire, cohérente, argumentée et avec aisance sur des sujets d’ordre général ou relatifs au domaine d’études ; Percevoir les différences et similitudes entre la culture cible (relative à la langue concernée) et la culture d’origine ainsi qu’utiliser des stratégies appropriées pour établir le contact avec des locuteurs de la culture cible.
* Pour l’anglais (toutes les compétences langagières), Niveau B2 du cadre européen commun de référence.
Pour le néerlandais, l’espagnol ou l’allemand : certaines compétences langagières au Niveau B1 et certains au Niveau B2 du cadre européen commun de référence.
AAC4.3. Travailler en équipe : interagir, collaborer et s’organiser efficacement au sein d’une équipe et gérer les relations de groupe.
AAC4.4. Adopter une attitude de dialogue efficace et respectueuse en ajustant le mode de communication en fonction de l’interlocuteur (pairs, enseignants, personnel administratif, monde socio-professionnel) et en faisant preuve de capacité d’écoute, d’empathie et d’assertivité.

AAC5. Agir en autonomie, en acteur critique et responsable soucieux du respect de valeurs éthiques et citoyennes et en ayant construit son projet de formation en perspective de la poursuite de son développement personnel et professionnel.

AAC5.1. Faire preuve d’autonomie dans son parcours de formation : gérer de manière autonome son travail (définir les priorités, anticiper et planifier l’ensemble de ses activités dans le temps), faire preuve de recul critique sur ses propres acquis, ses méthodes d’apprentissage et ses productions et intégrer de manière autonome de nouvelles connaissances et compétences en réponse à des situations balisées.
AAC5.2. Mobiliser de manière critique les connaissances acquises afin de prendre position et d’agir de manière responsable en étant soucieux de valeurs éthiques et citoyennes.
AAC5.3. Se construire un projet de formation et s’orienter vers un projet professionnel « éclairé » : se projeter dans un master en continuité avec la discipline de son orientation (ou au besoin dans une réorientation raisonnée) en ayant identifié les thématiques et des domaines dans lesquels le futur diplômé souhaiterait s’insérer professionnellement.

Plus spécifiquement, en tant que bachelier en ingénieur de gestion :

AAS1. Maîtriser de manière active un socle de savoirs de différentes disciplines (sciences de gestion, méthodes quantitatives, sciences économiques, sciences et technologies, sciences humaines, droit) indispensables pour analyser des problématiques dans les différents domaines du management.

AAS1.1. Maîtriser les concepts fondamentaux et les théories de base dans chacun des domaines du management (finance, marketing, recherche opérationnelle, ressources humaines, stratégie, etc).
AAS1.2. Maîtriser un socle de savoirs dans le domaine des sciences humaines, et plus spécifiquement les sciences économiques.
AAS1.3. Maîtriser un socle de savoirs dans le domaine des mathématiques, des méthodes quantitatives en économie et gestion, ainsi qu’en informatique / algorithmique.
AAS1.4. Maîtriser un socle de savoirs dans le domaine du droit, et plus spécifiquement les règles législatives qui régissent toute activité économique.
AAS1.5. Maîtriser un socle de savoirs dans le domaine des sciences et technologies (chimie, physique et applications technologiques).
AAS1.6. Articuler des savoirs issus de différentes disciplines afin de pouvoir résoudre un problème simple mais concret de gestion ou analyser un phénomène socio-économique.

AAS2. Adopter une démarche scientifique en développant un raisonnement rigoureux et en mobilisant des compétences analytiques spécifiques pour analyser des problèmes et des situations de management.

AAS2.1. Mener un raisonnement analytique rigoureux clair et structuré en appliquant des cadres conceptuels et des modèles scientifiquement fondés pour décrire et analyser un problème, tout en se situant dans un paradigme pertinent.
AAS2.2. Collecter, sélectionner et analyser les informations pertinentes selon les méthodes éprouvées de traitement statistique.
AAS2.3. Modéliser une situation concrète à l’aide de modèles scientifiquement fondés, de manière rigoureuse et réfléchie, en portant un regard critique sur les hypothèses de validité.
AAS2.4. Analyser et interpréter des résultats ou des propositions jusqu’à la critique argumentée pour un problème lié à la gestion.
AAS2.5. Faire preuve de discernement (validité et pertinence) dans la collecte des sources d’information et de précision dans leur référencement.
AAS2.6. Communiquer son analyse et ses résultats de manière professionnelle : concevoir et réaliser des présentations orales et des rapports professionnels en utilisant des logiciels spécialisés et en construisant des tableaux et graphiques pertinents, répondant aux standards scientifiques et techniques, en fonction des messages cibles à communiquer.
AAS2.7. Faire preuve de rigueur dans chacune des étapes de la démarche scientifique.

AAS3. Confronter différentes rationalités et logiques d’action pour comprendre et analyser un problème concret d’une organisation/entreprise.

AAS3.1. Comprendre le fonctionnement interne d’une organisation/entreprise de taille et de complexité limitée.
AAS3.2. Situer et comprendre ce fonctionnement dans son contexte socio-économique et discerner les enjeux interdisciplinaires.
AAS3.3. Mobiliser des savoirs interdisciplinaires (articuler des concepts de domaines différents et confronter des logiques d’action différentes), y compris technologiques et quantitatifs, pour comprendre et modéliser un problème concret d’une entreprise ou d’une organisation de taille et de complexité limitée.
AAS3.4. Utiliser des logiciels spécialisés de différents domaines pour résoudre un problème de gestion.
AAS3.5. Percevoir la réalité de travail dans une entreprise ou une organisation à travers un stage ouvrier/employé.

AAS4. Organiser et mener un projet collectif jusqu’à son terme en tenant compte des objectifs prédéfinis et des contraintes qui caractérisent l’environnement du projet.

AAS4.1. Organiser le processus : planifier et élaborer en groupe, en fonction d’objectifs prédéfinis, toutes les étapes d’un projet et s’y engager collectivement après avoir réparti les tâches.
AAS4.2. Contribuer à l’avancement du projet et au succès du groupe en partageant l’information et l’expertise en vue d’atteindre de manière efficace un objectif.
AAS4.3. Reconnaître et prendre en considération la diversité des points de vue des membres d’un groupe.
AAS4.4. Se projeter dans une dynamique de changement et faire preuve de créativité dans la proposition d’idées originales et utiles.

AAS5. Développer une posture d’acteur réflexif socialement responsable par la construction d’une prise de position personnelle argumentée et critique en regard de phénomènes socio-économiques, technologiques et environnementaux contemporains.

AAS5.1. Situer les débats et courants de pensée en sciences économiques et de gestion dans une perspective historique.
AAS5.2 S’exercer à développer un regard argumenté et critique, en adoptant une posture d’acteur socialement responsable, vis-à-vis de l’évolution des phénomènes socio-économiques, technologiques et environnementaux contemporains (entre autres, les impacts de processus de gestion, de production, technologiques, ainsi que d’innovation).
AAS5.3. Appréhender de manière critique les enjeux du 21è siècle, notamment les interrelations entre crises écologiques, sociales et économiques.