Compétences et acquis au terme de la formation

vete1ba  2020-2021  Louvain-la-Neuve

Vision du diplômé

Acquérir les connaissances générales et disciplinaires ainsi que les compétences personnelles et relationnelles nécessaires à la formation proposée en master en médecine vétérinaire afin de devenir un scientifique spécialiste de la santé et du bien-être animal, tel est le défi proposé à l’étudiant bachelier en médecine vétérinaire.

Le bachelier maîtrisera d’abord les principes généraux des sciences fondamentales (biologie, chimie, physique et mathématiques) nécessaires à la compréhension des processus complexes qui président au fonctionnement d’un animal en bonne santé, processus qu’il étudiera ensuite de manière structurée, critique et surtout multidisciplinaire (morphologie, physiologie, biochimie, immunologie,…).

Le bachelier améliorera ses compétences personnelles telles que sa capacité à étudier, à s’auto-évaluer, à s’adapter, à planifier une tâche, à gérer son temps mais développera également ses compétences relationnelles comme la capacité à travailler en groupe, à communiquer, à dialoguer.

Au terme du programme de bachelier en médecine vétérinaire, l’étudiant sera capable d’aborder la formation de master en médecine vétérinaire par l’acquisition d’une vaste somme de connaissances théoriques et pratiques relatives aux espèces d’animaux de compagnie et de production ainsi que par sa capacité à utiliser et appliquer ses connaissances dans la réalisation de la démarche diagnostique enseignée en master et utilisée au cours de sa vie professionnelle.

Au terme de ce programme, le diplômé est capable de :

1. Maîtriser et utiliser les principaux concepts des sciences fondamentales et disciplinaires nécessaires à la compréhension de la complexité d’un être vivant.

1.1. Démontrer une compréhension approfondie des concepts de base des sciences fondamentales :

1.1.1. organiser, par l’étude des concepts fondamentaux de la biologie, ses connaissances disciplinaires dans une perspective évolutionniste et centrées sur l’organisme animal.

1.1.2. maîtriser, en chimie générale et en chimie organique, la dimension moléculaire de la matière vivante, prérequis indispensable à l’étude de son fonctionnement normal ou anormal.

1.1.3. maîtriser, en physique et en mathématiques générales, les lois fondamentales de l’univers qui président à tout phénomène, y compris celui de la vie, mais également, plus encore que par l’étude des autres matières, se confronter à la rigueur du raisonnement logique de la démarche scientifique.

1.1.4.développer, par les probabilités et les statistiques, un esprit d’analyse critique, la maîtrise du raisonnement par hypothèse ainsi que la compréhension et l’interprétation d’un résultat statistique.

1.2. Intégrer les principales notions des sciences disciplinaires relatives aux espèces d’animaux de compagnie et d’animaux de production

1.2.1. En morphologie, faire preuve d’une connaissance approfondie de l’anatomie normale, y compris de son aspect radiologique ; de l’histologie normale des tissus et des organes.

1.2.2. En embryologie, connaître et comprendre les aspects importants en clinique du développement de l’embryon depuis la fécondation jusqu’à la naissance.

1.2.3. En physiologie, décrire précisément le fonctionnement et la régulation des différents systèmes d’organes qui composent un animal, y compris le système immunitaire.

1.2.4. En biochimie, identifier les composants biochimiques de la matière vivante ainsi que spécifier leurs voies de synthèse et de dégradation.

1.2.5. Intégrer les exigences en termes de gestion, de nutrition, d’environnement et de besoins éthologiques des espèces d’animaux de compagnie et d’animaux de production dont il connaîtra les différentes races.

1.2.6. Maîtriser également les bases de la génétique moléculaire et factorielle.

1.2.7. Connaître les caractéristiques générales des principales familles d’agents pathogènes (bactéries, virus, parasites) et les grands principes de leur virulence, prophylaxie et thérapeutique comme prérequis à l’étude des maladies infectieuses étudiées en master.

1.2.8. Prendre conscience des enjeux que pose la santé animale dans le cadre de la protection de la santé publique et de celle de l’environnement, se former à la démarche clinique du diagnostic.

2. Mobiliser les aptitudes méthodologiques exigées par le niveau universitaire du programme d’étude et le niveau de l’exercice de la profession de médecin vétérinaire

2.1. Comprendre et intégrer un savoir avec rigueur, précision et analyse critique.

2.2. Mesurer son niveau de maîtrise d’un sujet ou d’une matière et approfondir par lui-même un domaine abordé au cours du programme.

2.3. Rechercher avec méthode des informations scientifiques valides et pertinentes, se livrer à leur analyse critique et à leur synthèse.

2.4. Utiliser ces informations pour proposer des solutions à des problématiques scientifiques, sociales ou éthiques.

2.5. Organiser et gérer son temps de travail.

2.6. Structurer et argumenter un raisonnement scientifique.

2.7. Etablir les liens verticaux et transversaux unissant les différents enseignements et concepts afin d’aborder l’animal et son (dys-)fonctionnement dans son ensemble.

3. Travailler en équipe et développer ses habilités relationnelles

3.1. Prendre des décisions éclairées et partagées, écouter, respecter chacun, développer une argumentation cohérente et établir un débat constructif dans le cadre de travaux en groupes.

3.2. Collaborer, dialoguer voire diriger un petit groupe de travail.

3.3. Accroître son sens des responsabilités et sa capacité à gérer et organiser un projet.

4. Maîtriser les techniques expérimentales générales des sciences fondamentales et des matières disciplinaires.

4.1. Manipuler convenablement les instruments, la vaisselle et les réactifs lors des différents laboratoires de sciences fondamentales (chimie, biologie et physique).

4.2. Utiliser correctement les microscopes, les différentes loupes, les principaux instruments de dissection, les instruments de mesure, de prélèvement, d’analyse, etc … des enseignements disciplinaires.

4.3. Décrire et appliquer rigoureusement les normes de sécurité et d’hygiène relatives à ces instruments et aux techniques d’analyse et de dissection.

5. Approcher et procéder aux manipulations de base des espèces d’animaux de compagnie et d’animaux de production.

5.1. Maîtriser sans crainte l’abord et le contact physique avec l’animal domestique.

5.2. Prodiguer les soins élémentaires (propreté et alimentation) et appliquer les normes d’hygiène adaptées à chaque espèce.

5.3. Formuler des conseils généraux sur l’entretien et la gestion de ces espèces.

5.4. Etre préparé à aborder efficacement en master la contention de l’animal malade et les soins à lui apporter.

6. Communiquer efficacement et convaincre

6.1. Communiquer en français, oralement ou par écrit :

6.1.1. Exprimer poliment et précisément à différents types de personnes son opinion sur des sujets relevant de la vie courante, de la santé et de la gestion animales.

6.1.2. Adapter son discours au niveau de connaissance de son interlocuteur, y compris à propos de sujets complexes relevant de son domaine de compétence.

6.2. Communiquer en anglais :

6.2.1. Exploiter par lui-même des documents d’ordre général relatifs aux sciences de base et plus complexes et spécialisés en relation avec les matières disciplinaires (niveau C1 de l’échelle européenne CECRL). 

6.2.2. Comprendre l’essentiel de la langue anglaise écrite et orale dans un contexte essentiellement professionnel (niveau C1CECRL). 

6.2.3. S’exprimer oralement et interagir de manière simple sur les sujets généraux ou relevant de ses enseignements disciplinaires (niveau B2 CECRL).

6.2.4. Ecrire de façon simple et cohérente sur des sujets d’ordre général ou relevant de ses enseignements disciplinaires (niveau B2 CECRL).

7. Faire preuve d’un sens développé de la responsabilité envers la société, du devoir et de conscience professionnelle.

7.1. Agir en accord avec les règlements, la déontologie et l’éthique.

7.2. Faire constamment preuve du désir d’apprendre.

7.3. Devenir progressivement, dès son entrée à l’Université, le principal acteur de sa propre formation en développant les acquis d’apprentissage précités de façon de plus en plus autonome.