Marie Annelise Blanchard récompensée

 

La jeune doctorante FNRS reçoit le Prix 2020 « STAR Student Development Award » de la Stress and Anxiety Research Society pour une étude novatrice sur le burn-out parental. Pour analyser le phénomène, Marie Annelise Blanchard a utilisé des outils de modélisation basés sur la théorie des graphes. Une approche en réseau innovante dans la compréhension des systèmes familiaux.

Le burn-out parental est un syndrome qui touche les personnes exposé·es à un stress chronique dans leur rôle de parent. Extrêmement fatigué·es, ils ou elles n’ont plus les ressources suffisantes pour en compenser l’effet. Les symptômes caractéristiques principaux ? L’épuisement, la distanciation affective vis-à-vis de l’enfant et la perte de plaisir dans la parentalité. Le phénomène peut engendrer de graves conséquences sur la vie conjugale et familiale. Des études montrent que le burn-out parental risque d’accroître les conflits entre partenaires. La négligence et la violence à l’égard des enfants sont également des comportements mis en évidence. Mais quelle est la relation d’interdépendance entre ces différents aspects ? Marie Annelise Blanchard s’est posé la question. En collaboration avec Isabelle Roskam, Moira Mikolajczak et Alexandre Heeren (promoteur de la lauréate), chercheur·euse·s au sein de l’Institut de recherche en psychologie (IPSY) de l’UCLouvain, elle a modélisé les interrelations entre ces différentes variables au moyen d’outils basés sur la théorie de graphes. « Dans une perspective de réseau, les constructions psychologiques sont considérées comme des systèmes dynamiques d'éléments en interaction. Cette démarche nous a appris beaucoup sur le fonctionnement du burn-out parental dans le contexte familial », explique Marie Annelise Blanchard.

La méthode originale a permis aux scientifiques d’identifier que la distance émotionnelle jouait un rôle essentiel dans la persistance de l’épuisement parental. « Les résultats de l’étude montrent que l’éloignement affectif est un symptôme central dans le réseau, commente l’experte, cette variable pourrait être une cible de choix pour les interventions futures ». Ce type d’analyse en réseau est assez récent en psychologie. Il ouvre de nombreuse pistes dans la compréhension des interactions entre les éléments constitutifs du burn-out parental. Pour cette étude publiée dans la revue Child Abuse & Neglect, la jeune scientifique a remporté le prix "STAR Student Development Award" de la Stress and Anxiety Research Society. Ce prix récompense chaque année la meilleure contribution scientifique internationale réalisée par un ou une doctorant·e dans l’étude de l’anxiété et du stress.

En savoir plus sur les travaux sur l’anxiété de l’équipe d’Alexandre Heeren : https://uclouvain.be/fr/chercher/actualites/anxiete-une-nouvelle-demarche-de-recherche-primee.html

Vous êtes parents et vous souhaitez aider nos chercheur·e·s ? Participez à leur prochaine enquête sur le burn-out parental : https://uclpsychology.co1.qualtrics.com/jfe/form/SV_0ozLfEH1AQ549jo

Publié le 23 mars 2021