L'enquête "Diplômé·es" 2020 livre ses chiffres

Des enquêtes "Diplômé·es" pour aider au mieux les diplômé·es lors de leur entrée dans le monde du travail.

Quelle insertion socioprofessionnelle pour les diplômé·es sorti·es pendant la crise sanitaire ?

En octobre 2020 l’UCLouvain a mené une enquête spéciale auprès des diplômé·es sorti·es en janvier, juin ou septembre 2020. Cette enquête a été lancée en parallèle aux enquêtes menées tous les deux ans qui interrogent les titulaires d'un master 60, d'un master 120, d'un master de spécialisation ou d'un doctorat un an et cinq ans après leur sortie.

L’objectif de cette enquête spéciale est de mettre en avant l’impact de la crise sanitaire sur l’insertion socioprofessionnelle des diplômé·es. Pour ce faire, les résultats de cette enquête ont été mis en lien avec ceux de l’enquête précédente qui s’intéressait aux diplômé·es sorti·es en 2018. Les résultats présentés ci-dessous ne concernent que les master 120. Parmi les diplômé·es sorti·es en 2020, 42% des diplômé·es contacté·es ont répondu.

Les résultats de cette enquête sont rassurants sur plusieurs points.

  • Trois mois après la remise du diplôme, le pourcentage de diplômé·es sorti·es durant la crise sanitaire qui sont rémunéré·es ne diffère pas de celui des diplômé·es sorti·es en 2018.
  • Parmi les diplômé·es sorti·es en 2020, 65% sont rémunéré·es trois mois après la remise de leur diplôme et 62% sont dans ce cas parmi les diplômé·es sorti·es en 2018.
  • Pour les diplômé·es sorti·es en 2020 qui ont trouvé un emploi, 91% se disent satisfait·es de leur situation professionnelle, ce qui est similaire au taux se rapportant aux diplômé·es sorti·es en 2018.
  • Le pourcentage de diplômé·es se disant satisfait·es de la formation reçue est aussi élevé que celui des diplômé·es sorti·es en 2018 avec un taux de 91%, malgré le fait qu’un tiers des diplômé·es estiment que le confinement ait impacté la qualité de la formation.

A côté de ces éléments positifs, l’enquête révèle le fait que, selon les diplômé·es, la recherche d’emploi est impactée par le contexte de la crise sanitaire.

  • Pour 57% des diplômé·es sorti·es en 2020, la recherche d’emploi est perçue comme étant rendue plus difficile en raison de la crise sanitaire.
  • 44% des diplômé·es disent avoir adapté leurs exigences concernant l’emploi recherché en raison du contexte de la crise sanitaire (élargissement des secteurs d’emploi recherchés, fonction moins en adéquation avec le niveau de diplôme, salaire moins élevé, contrat plus insécurisant).
  • 24% des diplômé·es disent avoir mis en place des éléments pour faciliter leur insertion socioprofessionnelle en raison du contexte de la crise sanitaire (recherche d’emploi plus tôt, formation supplémentaire, activité bénévole, stage après les études, …).

Parmi les difficultés rencontrées lors de leur recherche d’emploi, près de la moitié des diplômé·es sorti·es en 2020 pointent le manque de postes ouverts sur le marché, ce qui est significativement plus important que pour la cohorte 2018. Les autres difficultés mises en avant sont semblables à celles formulées par les diplômé·es sorti·es en 2018 :

  • Le manque d’expérience professionnelle
  • L’absence de réseau professionnel
  • La difficulté à définir son orientation professionnelle
  • Le manque de compétences en langues étrangères.

Concernant le parcours de formation, l’enquête révèle notamment que 14% des diplômé·es sorti·es en 2020 suivent une formation diplômante (hors doctorat) après leur master 120, ce qui est similaire au pourcentage des diplômé·es sorti·es en 2018.

Enfin, l’enquête met en avant le fait que les diplômé·es doivent s’adapter à des modalités de travail spécifiques lors de leur entrée sur le marché de l’emploi en raison du contexte de la crise sanitaire. Ainsi, 57% des diplômé·es de master 120 sont amené·es à faire du télétravail. Pour deux tiers d’entre eux et elles, le télétravail est lié à la crise sanitaire.

Rendez-vous dans un an, pour suivre l’insertion socioprofessionnelle des diplômé·es 2020 sur une durée plus longue de recherche d’emploi. Les enquêtes menées en dehors du contexte de la crise sanitaire montrent en effet que le taux d’emploi évolue de façon très significative 9 mois après la remise du diplôme. La future enquête permettra de voir si l’insertion socioprofessionnelle des diplômé·es sorti·es en 2020 suivra cette tendance, et de montrer dans quelle mesure les difficultés perçues par les diplômé·es se rapportent au contexte sanitaire.

Contacts :
Pr. Philippe Hiligsmann - Vice-recteur aux affaires étudiantes
Eliz Serhadlioglu - Chargée de missions (QOPA)
.