Séminaires IPSY - IPSY Seminars

Louvain-La-Neuve

Seminar agenda (Persons from outside the IPSY institute are invited to contact the seminar organizer)
Agenda des séminaires (Les personnes extérieures à l’institut IPSY sont invitées à prendre contact avec l’organisateur·trice du séminaire)

 

2021

Wednesday, October 6 at 3pm
Room E139

Interoceptive mechanisms of alcohol related behaviors and future clinical applications (Présentation en anglais)
Mateo Leganes Fonteneau, Rutgers University (USA)

Interoception is the integration of bodily states in the brain and is hypothesized to mediate different mechanisms associated with drug and alcohol addiction. However, there is little evidence on how cardiac interoceptive processes are affected by acute alcohol administration and support alcohol related behaviors. Here I present two sets of studies examining how alcohol-induced changes in interoception shape motivational and cognitive responses, and present future ideas on how to examine the role of interoceptive signals in inhibitory control and addiction. Further, I introduce a novel task with which it is possible to examine the role of cardiac signals in the detection of emotional faces and how this in turn allows studying the interoceptive origin for the emotional dysregulation present in multiple mental health disorders. Finally, I present the results of a novel study examining the effects of a resonance breathing technique on interoceptive awareness and discuss how this maps onto interoceptive inference perspectives.

Invited by: Pierre Maurage & Louvain Experimental Psychopathology Research Group (LEP)

 Microsoft Teams
Click here to attend the meeting 


Ces 14 et 15 octobre 2021, nous avons le plaisir d'organiser les 2ème Journées de la Cognition Sociale. Dans ce cadre, les membres IPSY sont chaleureusement invités à assister à l'une des trois présentations ouvertes à un public élargi et soutenues financièrement dans le cadre des séminaires IPSY. Le lieu du jour est le DOYEN 22 en LSM. Notez que le programme complet des journées est repris en pièce jointe pour votre bonne information. Si une autre présentation reprise au programme devait vous intéresser, n'hésitez pas à prendre contact avec nous pour plus d'information.

Vincent Yzerbyt, Marine Rougier et Olivier Corneille.

Les trois présentations IPSY sont respectivement les suivantes

   Le jeudi 14/10 de 9.30 à 10.15 : Appliquer les paradigmes de cognition sociale implicite à des populations d’enfants
Odile Rohmer (Strasbourg), Benoite Aubé (Paris), & Marine Granjon (Strasbourg)

Les travaux en cognition sociale ont largement montré l’intérêt de construire les mesures d’attitudes et de jugements sur des modèles théoriques et des outils méthodologiques solides, afin d’appréhender au mieux les déterminants des comportements humains. Toutefois, la majorité de ces travaux s’est centrée sur les adultes, laissant en suspens les questions relatives aux perceptions développées durant l’enfance. Ce constat est surprenant puisqu’il semble que les enfants se différencient entre eux très tôt (Humphrey & Hebron, 2015). Par ailleurs, la nécessité de se munir d’outils adaptés apparait cruciale avec cette population car il est sans doute plus difficile aux enfants qu’aux adultes d’exprimer verbalement ce qu’ils ressentent ou croient. En effet, les enfants n’ont généralement pas accès aux mots nécessaires pour exprimer leurs états ou leurs pensées internes (Cvencek & Meltzoff, 2015). Pour mieux s’intéresser aux perceptions sociales durant l’enfance, nous développons actuellement plusieurs outils dont l’objectif est de pouvoir réaliser des mesures directes et indirectes des attitudes et des jugements sociaux. Concernant les attitudes, nous présenterons les résultats issus d’un programme de recherche visant à mesurer les attitudes d’enfants du primaire, envers des enfants porteurs d’autisme. Concernant les jugements sociaux, nous aborderons cette question à travers le jugement de soi de collégiens, en fonction de leur réussite scolaire.

 

   Le jeudi 14/10 de 10.45 - 11.30 : Une exploration du lien entre stimuli affectifs et comportements d’approche/évitement
François Ric & Nicolas Pillaud (tous deux de Bordeaux).

L’objectif de ces études était d’étudier les mécanismes sous-tendant le lien entre la perception de stimuli affectifs et l’activation de tendances d’approche/évitement (AE). La littérature suggère que la perception d’un stimulus positif entraine l’initiation d’un comportement d’approche alors que la perception d’un stimulus négatif entraine l’initiation d’un comportement d’évitement (i.e., effet de compatibilité AE). Toutefois, les processus sous-tendant ces effets restent mal identifiés. Une première série d’études cherchait à tester si les tendances pouvaient être déclenchées de manière incidente par des stimuli sans rapport direct avec l’action effective (i.e., approcher/éviter un objet « neutre »). Deux études indiquent que ces effets de compatibilité peuvent être observés suite à l’exposition à des stimuli affectifs dégradés, a priori sans pertinence pour les comportements mesurés. De plus, les résultats suggèrent que le lien entre la perception des stimuli et l’AE n’est pas direct, mais que l’information affective serait utilisée pour répondre aux exigences de la tâche. Plus précisément, pour rendre compte de ces résultats, nous avons proposé que la dimension évaluative des stimuli est utilisée pour répondre à la question que les individus ont en tête lorsqu’ils réalisent la tâche. Une troisième étude, conduite en ligne, testait plus directement cette hypothèse. Dans celle-ci, l’objet de l’information affective était manipulé via les consignes. Les résultats sont conformes aux hypothèses et suggèrent donc qu’une explication de l’effet de compatibilité AE en termes informationnels est plausible, au moins dans les conditions de nos études.
 

   Le jeudi 14/10 de 15.15 - 16.00 : La classe sociale comme contexte socioculturel incorporé dans le soi
Medhi Marot, Cédric Bouquet, & Jean-Claude Croizet (tous trois de Clermont Ferrand)

Previous research showed that working-class (WC) individuals tend to devote more attention to surrounding social stimuli than middle-class (MC) individuals (Dietze & Knowles, 2016). The current work aimed to demonstrate that class-based differences in visual processing extend to non-social stimuli. Using a rod-and-frame task, our results show that WC and interdependence-primed individuals tend to be more field-dependent than their respective MC and independence-primed counterparts suggesting that WC individuals, relatively to their MC peers, tend to rely to a greater extent on external non-social visual information when producing a visuospatial response. Manipulating the diagnosticity of the task did not moderate the effect of social class on performance, ruling out the hypothesis that WC participants’ lower performance was due to evaluative self-threat. To ensure that these results are not explained by differences in cognitive ability, we plan to assess social class differences on an attentional blink task, for which performance is not associated with IQ nor working-memory capacity and having been raised in an independence-promoting sociocultural context has been shown to be associated with lower performance (Colzato et al., 2010). Thus, WC and interdependence-primed individuals should display a smaller attentional blink magnitude than MC and independence-primed individuals.


 

2020

 

!! Until September 1, 2021, all PSYI seminars are cancelled or postponed  / Jusqu'au 1er septembre 2021, tous les séminaires IPSY sont annulés ou reportés  !!


>Archives des séminaires IPSY