Vice-recteur aux affaires étudiantes

Philippe Hiligsmann

Le vice-recteur aux affaires étudiantes est le relais de la communauté étudiante et des facultés en ce qui concerne la vie étudiante à l’université, dans ses dimensions académique et extra-académique. Il est également en charge de faciliter la transition vers l’université pour l’ensemble des personnes qui souhaitent s’y former.

Spécialiste de langue et linguistique néerlandaises, Philippe Hiligsmann s’est engagé dans des fonctions académiques par passion pour l’enseignement et la recherche sur la langue et la culture néerlandaises. Il a présidé les départements de « Communication multilingue » et de « Langues modernes » avant d’être élu doyen de la Faculté de philosophie, arts et lettres en 2012. Réélu en 2015, il a mis en place le Décret « Paysage » au sein de sa faculté et piloté l’intégration des traducteurs interprètes au sein de l’UCLouvain.

Dans la dimension académique de son mandat de vice-recteur, il est responsable de la mise en place du Règlement Général des Études et des Examens et constitue l’instance de recours à l’encontre de certaines décisions. Il est par ailleurs en charge de la politique sociale et préside le Conseil des Affaires Sociales et Etudiantes (CASE), organisé en assemblée centrale (CASE central) et en assemblées locales à Louvain-la-Neuve, Woluwe, Mons, Tournai et Saint-Gilles. Pour mener à bien ces missions, il s’appuie sur les membres de son Cabinet.

La dimension extra-académique de sa mission concerne la politique de la vie étudiante à l’université. Il s’appuie ici également sur l’Administration de la Vie Étudiante (AVIE) dont les périmètres d’action sont l’aide sociale et la santé, le logement, les activités physiques et sportives, l’alimentation, ainsi que les relations avec l’animation et la représentation étudiante.

L’Observatoire de la Vie Étudiante, qu’il préside, est un organe à vocation participative permettant de croiser divers éléments de la vie étudiante en lien avec les CASE. L’appui aux transitions vers l’université, le lien avec les étudiant·es à profils spécifiques (PEPS), le coût des études, la veille du marché locatif et l’implémentation des dispositifs de prévention contre le harcèlement sont des priorités qu’il s’est fixées dans l’exercice de son mandat.