Doctorat en sciences juridiques

JURI

L’épreuve du doctorat consiste essentiellement en la rédaction d’une dissertation originale, qui prend la forme soit d’une monographie, soit d’un essai accompagné d’un ensemble cohérent de publications et de réalisations dont le doctorant est l’auteur ou le co-auteur (thèse par articles). Cette thèse est un travail de recherche équivalent à 180 crédits, dont 60 crédits de formation doctorale. Elles peuvent être rédigées en français, en anglais ou, si la nature de la thèse le justifie, dans une autre langue acceptée par le jury.

Pour être admis au doctorat, le candidat doit :

  • remplir les conditions d’accès aux études de doctorat en sciences juridiques, telles que définies notamment par les articles 115, 117 et 119 du décret du 07 novembre 2013 et les conditions particulières définies par la CDJ (notamment avoir obtenu une distinction au cours de ses études de 2ème cycle et/ou s’être signalé par une publication scientifique);
  • avoir obtenu l’accord d’un promoteur, qui s’engage à diriger effectivement et personnellement les travaux relatifs à la préparation de sa thèse;
  • avoir rédigé un projet de recherche doctorale selon les critères indiqués dans le dossier de candidature ;
  • avoir fait approuver le projet de recherche par son promoteur, qui doit rédiger une « lettre de motivation » précisant, notamment, les moyens qu’il peut mettre à la disposition du candidat.

La réalisation d'un doctorat représente un investissement important pour le candidat, pour le promoteur et pour l'institution. Pour cette raison, nous demandons aux diplômés étrangers n'ayant pas encore de promoteur, d'effectuer en premier lieu un master de spécialisation ou une formation complémentaire dans notre institution. Cette formation permettra de déterminer dans quelle mesure un doctorat dans notre institution correspondrait à votre projet et au nôtre.


Etapes du parcours doctoral