Doctorats en cours

Abdourahman Ali Omar

Baraka Akilimali Joël

Bashizi Anuarite : Promotrice : An Ansoms

Claessens Klara : Promoteurs : An Ansoms, Filip Reyntjen

Delmotte Céline

Izaguirre Valdivieso Lorena Rocio : Promoteurs : Isabel Yepez & Marie Verhoeven

S’intéressant aux trajectoires individuelles et familiales des migrants péruviens et boliviens à Sao Paulo (Brésil), pôle clé du nouveau système de migration Sud-Sud en Amérique du sud, cette recherche vise à comprendre, dans un contexte de migration internationale ‒ défini en tant qu’événement restructurant les « itinéraires sociaux » des agents ‒, quels types d’interactions existent entre, d’un côté, les déterminants structuraux des sociétés d’arrivée et destination et, de l’autre, les projets, capitaux et stratégies individuelles et familiales des migrants. Pour ce faire, trois niveaux d’analyse sont identifiés : (1) la dimension objective du changement des positions sociales et ses effets sur la mobilité des migrants ; (2) la dimension subjective de ces changements et la manière dont ceux-ci sont vécus et perçus par les migrants ; et, finalement (3), les processus de changement culturel et transformation des catégories de perception et appréciation produits par la migration.

Jandrain Alice

Kambala Luadia Tshikengela Billy : Promoteur : Pierre-Joseph Laurent

Niyonkuru Réné Claude : Promotrice : An Ansoms

Oliden Zuniga Wilson Salvador : Promoteurs : Isabel Yepez & Emmanuelle Piccoli
L’espace d’« in-justice » en contexte interculturel : le cas des lynchages au sein de l’État plurinational de Bolivie

Au sein de l’État plurinational de Bolivie se produisent des lynchages contredisant le paradigme du « bien vivre ». Le but sera d’expliquer, au travers de l’anthropologie et d’une méthodologie interdisciplinaire, l’interrelation entre personnes, institutions et État dans l’espace de l’ « in-justice » établit par les lynchages. La finalité de cette recherche est de contribuer à la formulation d’une politique criminelle préventive vis-à-vis de ce phénomène social.

Rakotoaruaona Narindra

Ramirez Carlos : Promotrice : Isabel Yepez

Ruiz Rivera Maria José : Promotrice : Andreia Lemaître

Les processus d’institutionnalisation d’une économie plurielle sont un trait commun de plusieurs pays d’Amérique latine, comme l’Équateur et la Bolivie. Dans ce cadre d’institutionnalisation d’une conception inédite de « développement » (Gudynas, 2011 ; Acosta, 2010 ; Chambers, 2004), plusieurs recherches ont permis une compréhension plus profonde de la diversité des logiques socio-économiques des acteurs associés à l’économie populaire et solidaire au Sud (Lemaître, 2009 ; Hillenkamp, 2009). Pourtant, peu d’analyses empiriques basées sur une grille de lecture polanyienne se sont penchées sur les rationalités socio-économiques des initiatives populaires et solidaires en lien avec leur inscription dans les politiques publiques. De même que les indicateurs de développement des pays, les indicateurs qui portent sur l’économie solidaire (en Équateur) et communautaire (en Bolivie) risquent de réduire les rationalités socio-économiques des initiatives à une logique unidimensionnelle de génération de surplus monétaire (Hintze, 2013 ; Coraggio, 2011), où la richesse matérielle serait le seul porteur de bien-être, en négligeant d'autres fins, telles que la satisfaction des besoins non matériels. Ce projet de recherche vise ainsi à l’exploration des processus d’opérationnalisation des politiques publiques de l’économie populaire et solidaire, notamment lors de la construction des indicateurs d’évaluation de viabilité et durabilité, et leur adéquation avec les logiques socioéconomiques des acteurs.

Sander Alena : Promoteurs : Elena Aoun & Vincent Legrand

Durée : Décembre 2016 - Mars 2021