Collection "Investigation d'anthropologie prospective"

Louvain-La-Neuve

Présentation de la collection

Investigar, investigate, investiguer… C’est à la fois chercher de manière approfondie et enquêter minutieusement. Deux acceptions au cœur de notre démarche éditoriale. La collection Investigations d’anthropologie prospective a en effet pour objectif de croiser les regards dans une dynamique d’échange constructif, de dialogue entre pairs. Construits autour de collectifs, les ouvrages proposés permettent au lecteur de s’approprier la thématique traitée avec rigueur scientifique et mise en débat.
 
Née des questionnements du Laboratoire d'anthropologie prospective de l’Université Catholique de Louvain, elle est actuellement dirigée par : Julie Hermesse, Severine Lagneaux, Frederic Laugrand, Pierre Joseph Laurent, Jacinthe Mazzocchetti, Olivier Servais et Anne Marie Vuillemenot. De plus, les coordinateurs d’édition sont Laurie Daffe, Jean-Frédéric de Hasque et Nosta Mukiramia kahambu

Collection publiée chez Academia L'Harmattan, Louvain-la-Neuve

Déjà parus:

Dans ce premier numéro d’Investigations d’anthropologie prospective, nous avons choisi de (re)positionner les perspectives de recherches de notre laboratoire d’anthropologie à l’UCL. L’implication et la préoccupation éthique se trouvent au cœur de nos pratiques de terrain d’anthropologues prospectifs. Et, comme l’observe Nathalie Frogneux dans l’épilogue, aux entours de ces deux concepts, se noue la notion de loyauté.
Les neuf articles rassemblés ici traitent de ces trois thèmes, chacun à partir d’une position méthodologique et épistémologique pleinement assumée par les auteurs. Les chercheurs du laboratoire d’anthropologie prospective (LAAP) se rassemblent d’abord autour d’une passion, celle de l’anthropologie, plus encore, d’une anthropologie réflexive, qui s’affirme dans ses forces et ses faiblesses, à partir d’une même préoccupation: la complexité humaine.
Mais, ne nous y trompons pas, ce recueil n’a nullement l’intention de redéfinir, une fois de plus, les enjeux globaux de la discipline. Il s’appuie sur des expériences longues de terrain et d’échanges au sein du séminaire du LAAP, pour faire entendre la voix de chercheurs engagés dans leur démarche intellectuelle et dans la pratique de leur métier.

Présentation des auteurs :

Julie Hermesse est chercheuse au FNRS. Membre du LAAP, ses recherches en Amérique centrale traitent d’une anthropologie des catastrophes.

Michael Singleton, théologien, philosophe et anthropologue, est le fondateur du LAAP et professeur émérite de l’Université catholique de Louvain. Ses nombreuses recherches concernent majoritairement l’Afrique, l’environnement et « l’immondialisation ».

Anne-Marie Vuillemenot, anthropologue, kinésithérapeute et ostéopathe, est membre du LAAP et professeur à l’UCL. Elle travaille sur les sociétés postsoviétiques d’Asie centrale.

ISBN: 978-2-8061-0021-4 

iap2

Cet ouvrage porte sur la transnationalisation de religions qui parcourent à l’envers les routes des échanges triangulaires entre l’Afrique, l’Europe et les Amériques. Les entreprises missionnaires des prophétismes africains partent à l’assaut des capitales européennes, les réseaux transnationaux des religions afro-américaines se déploient en retour en Amérique et en Europe, et les religions mexicaines sont « traversées » par la frontière américaine. La transcendance des frontières se nourrit de l’héritage de traditions inventées et de nations imaginées promues au rang de vecteurs d’universalité. Certaines religions voyagent dans les bagages des migrants ; d’autres élargissent leur réseau de parenté rituelle par de nouvelles initiations ou par les circuits marchands du monde des objets artistiques, thérapeutiques et touristiques ; d’autres effectuent leur envol par les voies missionnaires d’Églises indigènes ou circulent par les réseaux d’individus en quête de spiritualité. Les ethnographies rassemblées ici analysent les logiques de ces reconquêtes imaginaires, les manières de créer des réseaux et les médiations technologiques novatrices qui reconnectent les mondes et interpellent les frontières de la religion, de la santé et de la connaissance.

 

Présentation des auteurs :

Kali Argyriadis est anthropologue, chercheuse à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et membre de l'URMIS (Université Paris Diderot, France).

Stefania Capone est anthropologue, directrice de recherche au CNRS et membre du LESC (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France).

Renée de la Torre est anthropologue, professeur chercheur au Centre de Recherche et d’Etudes Supérieures en Anthropologie sociale (CIESAS-Occidente, Guadalajara, Mexique).

André Mary est anthropologue, directeur de recherche au CNRS et membre de l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (EHESS, Paris).

ISBN: 978-2-8061-0063-4

 

iap3

 

L'incertitude, l'imprédictibilité, le danger, la peur, la violence, la défiance, le clientélisme qualifient les sociétés au XXIe siècle. Les cadres de vie et les principes de la sécurité des populations sont affectés. Concept opératoire, la Modernité Insécurisée rend compte du fait d'être moderne dans un contexte globalisé d'insécurité culturelle, économique, sociale, politique et climatique. L'ouvrage pointe le caractère inédit et dynamique des pratiques des populations confrontées à la survie.

Présentation des auteurs :

Charlotte Bréda, doctorante au LAAP, travaille sur la pluralité des rapports à la nature et leur coexistence dans des problématiques environnementales dans la région de la Côte-Nord au Québec.

Marie Deridder, doctorante au LAAP, étudie les transformations du politique et le gouvernement des ressources naturelles en milieu rural dans le Delta intérieur du fleuve Niger au Mali.

Pierre-Joseph Laurent est professeur d’anthropologie et directeur du Laboratoire d’anthropologie prospective à l’Université catholique de Louvain. Il mène des recherches au Burkina Faso et au Cap-Vert.

ISBN:978-8061-0091-7  Février 2013  470 pages

 

iap4

 

Cet ouvrage cherche à montrer qu’une anthropologie sensible des pratiques religieuses afro-américaines ne peut faire l'économie de l’appréhension, de l’implication effective et de l’investissement affectif des différents acteurs dans le cadre des activités d’installation du rapport au sacré et des activités thérapeutiques qui leur sont liées. En mettant l'accent sur ce que la relation ethnographique implique et provoque sur le terrain, il s’agit de décoder les modalités à partir desquelles différentes pratiques religieuses, dans le cadre du vaudou, des rites akan, du candomblé, de l'umbanda, de l’umbanda-que-é-jurema, des pratiques de bénédiction ou encore dans le culte de Maria Lionza, sont vécues de manière sensorielle. Par leurs démarches, les auteurs de cet ouvrage livrent des éléments à même de ratifier qu’il n’y a pas d’émotions, de sensibilités ou de sentiments manifestes liés à ces pratiques qui ne soient marqués par des odeurs, des sons, des bruits, des sensations thermiques, mais aussi par des saveurs, des couleurs, la présence ou l’absence de luminosité. Car une anthropologie du sensible consacrée aux pratiques religieuses afro-américaines doit, entre autres, intégrer la matérialité de l’existence sociale et la signification pré-catégorielle des choses.

Présentation des auteurs :

Jorge P. Santiago est professeur des Universités en anthropologie à la Faculté d'Anthropologie, de Sociologie et de Science politique de l'Université Lumière Lyon 2, et directeur du Centre de Recherches et d’Etudes Anthropologiques (CREA).

Marina Rougeon est anthropologue, ATER à la Faculté d'Anthropologie, de Sociologie et de Science politique de l'Université Lumière Lyon 2, et membre du CREA.

ISBN:978-2-8061-0090-0  Mars 2013  294 pages 

 

iap5

 

Au cours des dernières décennies, les parcours sociaux des individus se sont transformés, diversifiés et complexifiés, mais subissant plus que jamais les inégalités issues du monde globalisé. L’accélération du temps à l’œuvre dans les sociétés contemporaines est à l’origine de nouveaux desseins temporels qui structurent et orientent ces parcours. Les auteurs et contributeurs de cet ouvrage s’interrogent sur les devenirs des parcours sociaux d’individus singuliers soumis aux transformations des cadres temporels, mais aussi à de nombreuses incertitudes existentielles. Ainsi la concrétisation de ces nouveaux desseins temporels s’effectue dans un contexte marqué à la fois par l’allongement inégal de la durée de vie, la déspécialisation des âges de la vie, la désinstitutionalisation des parcours de vie et l’injonction à l’autonomie. Les textes réunis dans cet ouvrage collectif apportent un éclairage original sur ce qui rythme désormais l’existence humaine.

Présentation des auteurs :

Nathalie Burnay est sociologue, professeur à l’Université de Namur ainsi qu’à l’Université catholique de Louvain (UCL) en Belgique, membre du Laboratoire d’anthropologie prospective (LAAP) de l’UCL.

Servet Ertul est sociologue, MCF (HDR), UNAM Université, université du Maine, IUT du Mans, UMR 6590-CNRS, ESo Le Mans.

Jean-Philippe Melchior est sociologue, MCF, UNAM Université, université du Maine, IUT du Mans, UMR 6590-CNRS, ESo Le Mans.

ISBN:978-2-8061-0096-2  Mai 2013  336 pages 

 

iap6

Au-delà des enjeux liés à la question de la pauvreté, cet ouvrage est un des premiers travaux en français traitant de la problématique de l’indigence en relation avec les politiques de santé et avec les politiques publiques en général en Afrique sub-saharienne. L’ouvrage réunit dans 20 chapitres des contributions de chercheurs et d’intervenants préoccupés par le développement des connaissances sur l’indigence et la santé, tant d’un point de vue conceptuel et historique que pour relever les défis des interventions en faveur des plus pauvres.

Présentation des auteurs :

Valéry Ridde est professeur agrégé au département de médecine sociale et préventive et chercheur au centre de recherche du CHU de l’université de Montréal (CRCHUM). Ses travaux portent sur l’analyse des politiques publiques et l’évaluation des interventions de santé en Afrique de l’Ouest.

Jean-Pierre Jacob est anthropologue, professeur et chercheur à l'Institut des Hautes Études Internationales et du Développement à Genève. Ses travaux portent sur les questions foncières et l'étude des services publics à l'échelle locale en Afrique de l’Ouest et au Burkina Faso en particulier.

ISBN:978-2-8061-0116-7  Octobre 2013  476 pages 

 

iap7

 

Cet ouvrage donne la parole à des praticiens/chercheurs chevronnés, immergés dans des « lieux d’exils », où vivent des populations mises au ban du social, marquées par un entrelacs de relégations et de discrédits. Qu’elles soient migrantes, immigrées ou autochtones, elles vivent différents exils qui ont des répercussions sur leurs parcours, leurs relations sociales, leurs économies psychiques et affectives. Ces auteurs « font savoir », à partir des vécus d’expérience. Issus de divers secteurs (santé mentale, aide sociale, sans-abrisme, enseignement et aide à la jeunesse), ils inventent une pratique anthropologique et clinique innovante, qui rend visible l’invisible, crée des passerelles entre les mondes et les disciplines. Leurs enquêtes de terrain donnent à penser ; elles créent les conditions de trouvailles, d’expérimentations, adaptées aux conditions de vie, aux codes et supports sociaux des groupes et des personnes, à leurs sensibilités et aspirations.

Contributeurs : Antony Artigas (éducateur, anthropologue FNRS), Joëlle Conrotte (psychanalyste et psychologue), Véronique Georis (clinicienne, anthropologue, politologue, directrice d’une AMO (Aide à la jeunesse)), Séverine Lacomte (anthropologue, assistante en psychologie), Emmanuel Nicolas (intervenant psycho-social et anthropologue, coordinateur du certificat « santé mentale en contexte social »), Yolande Verbist (assistante sociale et anthropologue).

Présentation de l'auteur :

Pascale Jamoulle est docteure en anthropologie, licenciée en lettres et assistante sociale. Chargée de cours à l’université de Mons et à l’UCL, elle est membre du Centre de recherche en inclusion sociale (CeRIS/UMons) et du Laboratoire d’anthropologie prospective (LAAP/UCL). Parallèlement, elle travaille aussi au Service de Santé Mentale Le Méridien. Elle est auteure de Par-delà les silences. Non-dits et ruptures dans les parcours d’immigration (La Découverte, 2013), Adolescences en exil (avec J. Mazzocchetti, Academia, 2011), Fragments d’intime (La Découverte, 2009), Des hommes sur le fil (La Découverte/Poche, 2008), La Débrouille des familles (De Boeck, 2002) et Drogues de rue (De Boeck, 2000).

ISBN:978-2-8061-0144-0  Janvier 2014  218 pages 

 

iap8

Cet ouvrage pluridisciplinaire est traversé par cinq débats principaux relatifs aux migrations subsahariennes et à la « condition noire » en Belgique : l'enjeu des catégories et du vocabulaire; la situation des migrants originaires du Congo RDC; la pluralité des trajectoires et des possibilités de réussite; les transformations des rapports de famille ainsi que le rôle joué par les Églises pentecôtistes, et, enfin, les enjeux de participation politique dans les pays de vie et d'origine.

Présentation de l'auteur :

Jacinthe Mazzocchetti est professeur à l'Université catholique de Louvain (UCL) et chercheuse au LAAP ( Laboratoire d'anthropologie prospective). Ses travaux portent principalement sur les migrations entre l'Afrique et l'Europe. Elle a notamment publié l'ouvrage Adolescences en exil (avec P. Jamoulle, 2011).

ISBN:978-2-8061-0157-0  Août 2014  520 pages

 

iap9

 

Si les études sur le pentecôtisme foisonnent, c'est que leur objet évolue au rythme les dynamiques contemporaines ; autant dire que "l'arrêt sur images" est impossible. Cet ouvrage rassemble des études de cas démontrant l'incomparable hétérogénéité des formes pentecôtistes. Le mot-maître de cette démarche pourrait bien être "tout-terrain". La trame de ce livre suit cet attrait pour la singularité, l'adaptation propre et irréductible de chaque Église à son milieu d'appartenance ou d'accueil.

Présentation des auteurs :

Julie Hermesse, docteur en anthropologie de l'Université catholique de Louvain, est chargée de recherches au F.R.S.-FNRS et membre du Laboratoire d'anthropologie prospective (LAAP). Ses recherches en Amérique centrale et dans les Caraïbes traitent de thématiques à la croisée de l'anthropologie des catastrophes, de l'écologie politique, de l'adaptation aux changements climatiques et de l'étude des systèmes symboliques.

Charlotte Plaideau est docteur en anthropologie de l'Université catholique de Louvain et membre du Laboratoire d'anthropologie prospective (LAAP). Elle a a travaillé pendant huit ans pour le F.R.S-FNRS sur les interactions entre pentecôtisme et spiritisme au Brésil et au Cap-Vert. Ses intérêts de recherche s'orientent actuellement vers les liens entre le sacré et la thérapeutique au Chili

Olivier Servais est historien et anthropologue. il est professeur à l'Université catholique de Louvain où il enseigne l'anthropologie de la religion, du virtuel et des systèmes symboliques. Ses intérêts de recherche portent notamment sur le christianisme, les nouveaux mouvements religieux ou les religiosités virtuelles, et leurs relations aux environnements naturels ou technologiques. Il est membre du LAAP.

ISBN:978-2-8061-0161-7  Juillet 2014  236 pages

 

iap10

 

Cet ouvrage aborde les transformations des territoires par les humains depuis le prisme des sciences sociales. Du Canada à l'Europe, en passant par l'Amérique latine, l'Asie et le Maghreb, les auteurs exposent, à partir d'études de cas documentées ou de recherches approfondies, des axes intrinsèquement liés : positionnement éthico-politique, données ethnographiques, la production théorique, implications politiques et, enfin, réflexions d'ordre épistémologique, méthodologique et heuristique.

Présentation des auteurs :

Charlotte Bréda, Mélanie Chaplier, Julie Hermesse et Emmanuelle Piccoli sont anthropologues et membres du Laboratoire d'anthropologie prospective (LAAP) de l'Université catholique de Louvain. Elles partagent un même intérêt pour les thématiques de recherche portant sur les interactions entre l'humain et l'environnement ainsi que des méthodes de travail inductives et impliquées sur des terrain situés en Amérique du Nord, centrale et du Sud.

ISBN:978-2-8061-0173-0  Septembre 2014  414 pages

 

iap11

 

L'itinéraire de l'anthropologue, son histoire, sa sensibilité affectent sa recherche et ses écrits, et demeurent partie prenante de la relation ethnographique. Dans le même mouvement, l'intimité partagée par et avec les interlocuteurs de terrain devient la pierre angulaire de ce qui s'élabore progressivement entre empirisme, théorie et méthodologie. Telle est la posture assumée par les auteurs de ce livre qui montrent que l'intimité ne peut être pensée en dehors de la réflexivité. À partir de cas singuliers et d'exemples issus de divers terrains, chacun dévoile ici des aspects de l'expérience – et de lui-même – souvent tus en milieu académique.

Présentation des auteurs :

Elisabeth Defreyne Ghazaleh Haghdad Mofrad, Silvia Mesturini et Anne-Marie Vuillemenot sont anthropologues et membres du Laboratoire d'anthropologie prospective (LAAP) de l'Université catholique de Louvain. Leurs itinéraires de chercheures se croisent et se répondent à parti d'ethnographies respectivement ancrées dans l'archipel capverdien, en Iran, en Amérique du Sud et en Asie centrale.

ISBN:978-2-8061-0234-2  Juillet 2015  188 pages

 

iap12

 

Sans les idéaliser, les exagérer, ou les diaboliser, incontestablement, les technologies de l'information et de la communication transforment le monde et ses habitants. Les textes rassemblés dans l'ouvrage Humanités réticulaires proposent une réflexion épistémologique, élaborée à partie d'enquêtes de terrain minutieuses, sur les effets de la globalisation, des technologies et des images sur l'humain et sur le rapport à l'altérité, au cœur du projet anthropologique.

Présentation des auteurs :

Tom Boellstorff est anthropologue, professeur à l’Université de Californie à Irvine . Ses recherches actuelles comportent un volet important sur l'anthropologie des mondes virtuels et digitaux. Il est singulièrement l'auteur d'Un anthropologue dans Second Life.

Bill Maurer est professeur d'anthropologie à l'Université de Californie à Irvine, dont il est le Doyen de la Faculté des Sciences Sociales. Il s'intéresse à l'anthropologie de la finance, de la globalisation et à leurs développements virtuels. Il est, autre autres, l'auteur du livre How Would You Like to Pay? How Technology Is Changing the Future of Money.

Jacinthe Mazzocchetti est anthropologue, professeur à l'Université catholique de Louvain (UCL) et chercheure au LAAP ( Laboratoire d'anthropologie prospective). Ses travaux portent principalement sur les stratégies migratoires, les stratégies de dés/ré-humanisation et les logiques de contestation en contextes globalisés. Elle est notamment l'auteur de l'ouvrage Migrations  et condition noire en Belgique.

Olivier Servais est historien et anthropologue. il est professeur à l'Université catholique de Louvain. Il est membre du Laboratoire d'anthropologie prospective. Ses recherches se focalisent aujourd'hui principalement sur les religiosités virtuelles, les sociabilités numériques et les figures de contestation en contextes globalisés. Il a coordonné par exemple le livre collectif Dynamiques contemporaines des pentecôtismes.

ISBN:978-2-8061-0249-2  Octobre 2015  328 pages 

 

iap13

 

Cet ouvrage offre une micro-analyse du quotidien des habitants de Libreville, en s'attachant à une dimension incontournable des échanges et des pratiques qui s'y donnent à voir : leur violence. Les articles examinent cette violence ordinaire et latente de la vie quotidienne à Libreville, démontrant comment violence des rapports sociaux, violence des institutions et violence de l'invisible s'entrecroisent.

Présentation des auteurs :

Alice Ateranius-Owanga est anthropologue, réalisatrice de documentaires et actuellement chercheure postdoctorante à l'IFAS à Johannesburg.

Maixant Mebiame-Zomo est Maître-assistant à l'Université Omar Bongo où il enseigne la sociologie et l'anthropologie des religions et chercheur au Laboratoire d'anthropologie (LABAN).

Joseph Tonda est professeur à l'Université Omar Bongo (Gabon). Son dernier ouvrage s'intitule L'impérialisme postcolonial. Critique de la société des éblouissements (Karthala, 2015)

ISBN:978-2-8061-0307-2  Novembre 2016  416 pages 

Commander:

Vous pouvez commander nos livres directement chez Academia L'Harmattan

Les étudiants UCL peuvent bénéficier d'une remise de 20% sur présentation de la carte d'étudiant dans le magasin de Louvain-la-Neuve