L’UCL perd un de ses phares

Publié le 07 décembre 2017

L’UCL et sa Faculté de droit et de criminologie saluent la mémoire de Philippe Maystadt, un homme qui fut toute sa vie au service du bien public et qui restera une source d’inspiration pour l’institution.

Philippe Maystadt, ministre d'État, ancien président du Parti Social Chrétien (PSC) et président de l’Académie de recherche et de l’enseignement supérieur (ARES) est décédé ce jeudi 7 décembre à l’âge de 69 ans.

Docteur en droit de l'UCL et titulaire d’un Master of Arts in Public Administration de la Claremont Graduate School (Los Angeles), Philippe Maystadt a assumé plusieurs charges de cours à l’UCL depuis 1989. Professeur au Département de droit public de la Faculté de droit et de criminologie, il assurait notamment le cours de droit public de l’économie. Il avait été nommé professeur extraordinaire en 2005. Il était par ailleurs membre du comité scientifique du Centre Charles De Visscher pour le droit international et européen.

Le recteur de l’UCL, Vincent Blondel, a tenu à rendre hommage au professeur et à l’homme politique qui, rappelle-t-il  « s’est investi tout au long de sa vie avec conviction, sagesse et intégrité au service du bien public et aussi de l’enseignement supérieur ». Il salue l'homme d’État, fine intelligence, juste et visionnaire. «C’est un grand Monsieur qui nous quitte et qui nous manque ».

Jean Hilgers, président du Conseil d’administration de l’UCL, a lui aussi tenu à rendre hommage à Philippe Maystadt : "Avec (son) décès, l'UCL perd à la fois un ami, un professeur inné, un homme d'État visionnaire et un homme d'ouverture, dont l'intelligence fine et subtile n'avait d'égale que sa modestie et sa bienveillance. Il restera pour nous une véritable source d'inspiration."

En Faculté de droit et de criminologie, la doyenne Geneviève Schamps souligne la grande humanité qui caractérisait Philippe Maystadt : « Aimable, attentionné, il donnait confiance et poussait chacun à donner le meilleur de lui-même ». Membre, comme Geneviève Schamps, de la classe « Technologie et Société » de l’Académie royale de Belgique, il était par ailleurs très ouvert aux autres disciplines et attentif aux éclairages qu’elles pouvaient apporter pour résoudre les grands problèmes de société. 

L’ancien doyen Henri Simonart se souvient quant à lui du brillant intellectuel qu’était Philippe Maystadt et souligne le grand service qu’il rendit à l’université en acceptant d’assurer le cours de droit public de l’économie en l’enrichissant de son expérience de ministre du budget, des affaires économiques et des finances.

L’université exprime ses profondes condoléances à la famille et aux proches de Philippe Maystadt.