Que note la notation ?

01 mars 2021

02 mars 2021

Zoom

De la multitude d’interrogations suscitée par l’acte – fort peu anodin – qui consiste à noter de la musique, deux postures dominantes semblent avoir émergé : interprétant la notation comme un geste essentiellement pragmatique, l’une lui accorde une valeur nettement apodictique qui tend à restreindre l’investigation aux seuls domaines paléographiques et performatifs ; l'interprétant comme l’expression anhistorique d’une idée qui la transcende, l’autre y reconnaît volontiers une simple fonction bijective, minorant ainsi sa nature complexe et polymorphe. Or, toute notation combine de multiples régimes – pictographiques, diagrammatiques, symboliques, etc. – qui répondent à des logiques contrastées et réfèrent à des réalités mouvantes où la dénotation initiale peut faire l’objet d’innombrables extensions. Ainsi, noter de la musique revient peut-être moins à rendre compte d’un phénomène sonore, qu’à l’analyser et à le réduire à un nombre restreint de paradigmes (diastématiques ou rythmiques, par exemple) ; noter de la musique ne se limite pas à répondre à des exigences performatives, mais implique bien souvent de signifier des qualités n’ayant rien de sonore (un statut social ou auctorial, par exemple) ; noter de la musique ne se résume pas à inscrire une œuvre, mais revient à la situer dans un réseau de significations que déterminent à la fois les affordances de l’écriture et les inférences de son lecteur.

En rassemblant une quinzaine de compositeurs, musiciens et musiciennes, musicologues et philosophes spécialistes de notations anciennes et contemporaines, le colloque « Que note la notation ? » entend multiplier les points de vue sur les enjeux théoriques de la notation musicale pour interroger ce réseau de significations et explorer la richesse de ses usages.

Voir le programme

S'incrire au colloque

Vidéo : Karl Naegelen, Léger, très léger (2021). Anna Jalving, violon.

Affiche

Categories Events: