Objectifs et missions

Historique

En raison de leur objet, les recherches en Neurosciences sont très marquées par leur diversité et pluridisciplinarité, qui font leur richesse mais aussi parfois leur faiblesse. La fédération des recherches en Neurosciences à l’UCL a d'abord été assurée par le Centre de Recherche en Neuroscience (CRN). Il fut géré pendant trois ans par un « trio » composé de André Goffinet, Etienne Olivier et Bruno Rossion. Ce « trio » a été élu sur base du projet de transformer le CRN en un centre de recherche effectif et structuré. Suite au plan de développement de l’UCL et parce que la structure d’un Centre était insuffisante pour répondre aux défis des neurosciences, la création d'un Institut de Neuroscience (IoNS) s'est imposée comme une évidence.

L'Institute of NeuroScience (IoNS) a été officiellement créé en octobre 2009 suite à l'élection de son président, le Pr. Jean-Noel Octave.

Objectifs

La raison d’être de l’IoNS est de dynamiser les Neurosciences à l’UCL pour que l’Université participe au mouvement qui se dessine, en rentabilisant et rationalisant autant que possible les efforts. La recherche est faite par les chercheurs et non par les structures. C’est donc de la qualité et de la motivation des personnes que dépend le succès des Neurosciences à l’UCL. Toutefois, en fournissant un environnement fertile et en facilitant l’utilisation judicieuse des ressources, des structures adaptées permettent aux chercheurs de mieux travailler. L'idée est bien d’atteindre une masse critique, d'accroître la visibilité et de susciter une dynamique envers des questions dont la complexité est telle qu'elle rebute souvent les jeunes chercheurs, de promouvoir les échanges entre différentes disciplines, de financer et réaliser des projets en collaboration.

La volonté de l'Institut est de favoriser la coopération entre les équipes de recherche, de promouvoir le recrutement de chercheurs et de contribuer à la formation des jeunes scientifiques. Il vise également à fournir une expertise neurobiologique à destination de partenaires extérieurs. D'un point de vue pragmatique, l’objectif scientifique  principal est d’augmenter le niveau des publications des groupes de recherche intégrés à l’Institut, et, par là, de contribuer à la renommée de l’UCL en neuroscience. Un objectif corollaire est de favoriser le dépôt de brevets et la création de spin-offs.

Missions

Interaction

L’Institut doit faciliter les interactions avec les laboratoires extérieurs, surtout ceux situés à LLN, et les cliniques universitaires. Il devrait à terme devenir le canal privilégié des interactions dans tous les domaines qui touchent aux Neurosciences, tant à l’UCL et à l’Académie Louvain, qu’à l’extérieur. Un groupe intersectoriel sera constitué pour faciliter l'intégration des groupes de recherche « neuroscience systèmes & cognition » de LLN et de Woluwe.

Recherches

Sans interférer avec l’initiative individuelle, l’Institut doit jouer un rôle fédérateur dans les demandes de crédits, surtout dans les projets en collaboration (ARC, PAI, EU). Il organise l’évaluation de la recherche. Bien que les outils techniques spécifiques soient acquis et maintenus par les différents membres et non pas centralisés au niveau de l’Institut, ce dernier doit favoriser leur utilisation rationnelle. L’IoNS pourra assister les équipes de recherche par la création d’une cellule administrative, logistique et comptable. L’IoNS favorisera la création et la participation à des plates-formes technologiques.

Ressources humaines

L’Institut doit être impliqué, pour les thèmes qui le concernent et selon une procédure à définir, dans le recrutement de personnel académique et scientifique. Il doit faciliter les procédures administratives concernant les doctorants, de manière à ce que ces derniers ne gaspillent pas un temps précieux. Il doit être impliqué dans la gestion des activités de recherche du Personnel Administratif & Technique (PAT).

Subsidiarité

La structure d’Institut est proposée par l’Université comme « couche d’intégration » entre les groupes de recherche, la Direction des Secteurs et l’Université. L'Institut ne se substitue pas aux groupes de recherche et sa fonction pourrait se résumer par la « subsidiarité » : il s’occupe des questions difficilement abordables par le groupe de recherche individuel, et qui nécessitent une approche collaborative.

Visibilité

L’Institut doit fournir un cadre attractif pour les jeunes scientifiques et aider au recrutement de chercheurs de qualité. Il doit donc assurer une visibilité des Neurosciences à l'UCL, par la création d’un site internet bien structuré et attractif, et la publication d’un rapport d'actitités. Cette visibilité lui permettra de développer un partenariat privilégié auprès des éditeurs scientifiques, de la presse de vulgarisation et des différents organismes de crédit.

Le défi des Neurosciences

Fruit d’une longue évolution biologique, le système nerveux humain est une pure merveille. Il est à la base de nos sensations, de nos comportements, mémoire, personnalité, et des civilisations. On peut presque affirmer que « nous sommes ce qu’est notre cerveau ». Mieux comprendre le fonctionnement du système nerveux reste une gageure, peut-être le défi scientifique ultime. Il ne s’agit pas seulement d’un enjeu de recherche fondamentale. 

Sur le plan médical, les maladies neurologiques et psychiatriques sont une source croissante de préoccupations, et les développements neuropharmacologiques sont considérables. 

Sur le plan économique et opérationnel, les processus cérébraux à la base de nos décisions font l’objet d’un intérêt croissant. 

Enfin, si le cerveau humain est à l’origine de notre civilisation, il est aussi responsable de notre éventuelle extinction. Les solutions au problème écologique global qui nous menace seront le fruit de notre technologie, de notre imagination et, partant, de notre cerveau. Comprendre comment fonctionne ce dernier s’insère donc intimement dans cette démarche écologique. 

Toutes ces considérations expliquent les investissements importants et croissants dans la recherche en neuroscience au niveau mondial. Nous souhaitons que notre Université participe, à son niveau et avec ses moyens, à ce mouvement.