Etudes de traduction : accord unique entre l’UCL et l’OTAN

L’UCL et le siège de l’OTAN à Bruxelles signent ce 23 janvier 2018 une convention de coopération dans le domaine de la traduction. L’objectif ? Faciliter l’intégration des étudiants en traduction de l’UCL dans le monde professionnel, via l’organisation facilitée de stages et des ateliers diligentés par des responsables de l’OTAN.

Les premiers pas dans le monde professionnel peuvent parfois s’assimiler à un parcours du combattant. Le traducteur n’échappe pas à la règle. Les étudiants mentionnent parfois l’écart entre l’apprentissage universitaire et la pratique du métier au quotidien, notamment dû au rythme professionnel, à la nécessité de prendre rapidement une décision sur le meilleur choix de traduction et au besoin de faire des compromis, pour respecter les échéances, là où l’étudiant pouvait prendre le temps de parfaire son travail.

L’UCL a donc décidé de multiplier les partenariats avec le monde professionnel, et en particulier les institutions intergouvernementales, histoire de mieux outiller ses étudiants. Après des liens établis avec l’Union européenne, la Louvain School of Translation and Interpreting (école de traduction et d’interprétariat de l’UCL) signe une convention avec le service de traduction du siège de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). L’accord prévoit des échanges terminologiques, des visites et ateliers par des traducteurs de l’OTAN à l’UCL, ainsi qu’une collaboration renforcée dans le domaine du recrutement.

« La signature de cet accord avec l’OTAN s’inscrit dans l’une des priorités de l’UCL : renforcer les liens entre les formations proposées et le monde des entreprises au sens large. Le but de ces liens n’est pas de former des diplômés sur mesure, prêts à l’emploi, mais de familiariser les étudiants - bien avant leur entrée sur le marché de l’emploi - aux attentes et contraintes des entreprises et organisations internationales. Cet accord avec l’OTAN contribuera à une qualité accrue des enseignements prodigués », souligne Philippe Hiligsmann, doyen de la Faculté de philosophie, arts et lettres de l’UCL.

« Nous avons souhaité ce rapprochement avec une grande université telle que l’UCL parce que nous nous sommes aperçus que les traducteurs francophones n’étaient pas forcément au courant que l’OTAN était une organisation bilingue et que son siège disposait d’une équipe interne. Nous y voyons l’opportunité de mieux informer les étudiants sur notre travail et de les aider à se préparer en vue de passer nos concours de recrutement » insiste, de son côté, Raphaël Prono, du service de traduction de l’OTAN. Pour l’équipe de traduction de l’OTAN, l’objectif est clair : trouver de nouveaux talents qui sauront s’épanouir au sein d’un service à la recherche de l’excellence.

Les étudiants en traduction de l’UCL ont par ailleurs déjà l’opportunité d’effectuer un stage professionnalisant en entreprise durant leurs études (notamment auprès de l’UE). Selon Zoé, qui a effectué auprès du service de traduction de la commission européenne, cette expérience « m'a permis de me situer et de me donner davantage confiance en mon travail. Les critiques étaient toujours constructives et justifiées. Je pense en avoir tiré un maximum : les témoignages et informations recueillis auprès de mes collègues, lors de mon stage, me permettront de faire un pas de plus vers la vie active. » Avec ce nouvel accord, les étudiants UCL pourront donc bénéficier des conseils de professionnels habitués à traduire les déclarations conjointes des chefs d’État et de gouvernement des 29 pays de l’OTAN, tout comme des documents techniques pointus.  

Infos : https://uclouvain.be/fr/facultes/fial/traduction-et-interpretation.html

    Publié le 23 janvier 2018