HYGIEIA: 2.700.000€ pour répondre à la pandémie

Bruxelles Woluwe

Ce 31 août, des représentants du SOFINA Covid Solidarity Fund, de la Fondation Saint-Luc, des Cliniques universitaires Saint-Luc et de l’UCLouvain ont signé une convention pour le lancement officiel de HYGIEIA, un projet novateur destiné à répondre aux énormes défis de la pandémie de covid-19 mais également à d’autres situations de type pandémique ou maladies complexes non-infectieuses. 
Soutenu à la hauteur de 2 700 000 € par le mécénat d’entreprise, HYGIEIA s’appuie sur la médecine des systèmes et les potentialités gigantesques de l’intelligence artificielle (IA). 

La pandémie de SARS-CoV-2 reste plus que jamais d’actualité et continue de causer des ravages dans le monde, notamment suite à l’émergence de variants.

Afin de contribuer à l’élaboration de pistes de solutions, la société d’investissement SOFINA a récemment lancé le ‘SOFINA Covid Solidarity Fund’ géré par la Fondation Roi Baudouin, destiné à soutenir des projets consacrés à la problématique et aux populations plus particulièrement fragilisées par le covid-19. C’est notamment le cas du projet novateur HYGIEIA, une initiative promue par la Fondation Saint-Luc et portée par une équipe multidisciplinaire des Cliniques universitaires Saint-Luc et de l’UCLouvain. La convention de partenariat a été officiellement signée ce mardi 31 août par les différents acteurs impliqués. 

À travers le SOFINA Covid Solidarity Fund, le mécénat de SOFINA fournit l’impulsion nécessaire au démarrage de ce projet, soit un montant de 2 700 000 euros.

La médecine des systèmes

HYGIEIA s’inscrit dans ‘la médecine des systèmes’, une approche novatrice suivie par de nombreux hôpitaux et universités prestigieux de par le monde membres du Network Medicine Institute and Global Alliance, à l’instar des Cliniques universitaires Saint-Luc et de l’UCLouvain. Elle consiste à développer des stratégies holistiques et multidisciplinaires, combinant le développement et l’analyse bio-informatique de bases de données cliniques et multi-omiques.

Concrètement, HYGEIA se découpe en 4 étapes qui constituent autant d’objectifs :

Établir des banques de données complexes. Des cliniciens de première ligne se chargeront de recueillir des données cliniques et épidémiologiques ainsi que des échantillons biologiques issus des patients des Cliniques universitaires Saint-Luc mais aussi d’autres centres partenaires à Bruxelles et Wallonie. À cela s’ajouteront des données de types omique (génomiques, protéomiques, métaboliques). L’ensemble sera rassemblé dans une banque de données structurées.

Analyser les données via des techniques sophistiquées de bio-informatique et l’utilisation d’algorithmes d’intelligence artificielle (IA) développés par une équipe spécialisée en biostatistique. Ces analyses seront réalisées dans le strict respect des règles RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données).

Établir de nouvelles hypothèses sur les mécanismes du covid-19. Les analyses pourraient révéler de nouveaux éléments physiopathologiques de la maladie, ce qui permettrait de mieux comprendre certains de ses aspects (immunité, ré-infection, covid long, facteurs de sévérité, émergence de variants, etc.) et de développer de nouveaux biomarqueurs.

Identifier de nouvelles cibles thérapeutiques. Les analyses visent également à améliorer ou adapter les prises en charge actuelles tant thérapeutiques (nouveaux médicaments) que préventives (vaccins), en particulier pour les populations à risque.

Précurseur de la médecine de demain

Si HYGIEIA s’inscrit dans le cadre de la pandémie de covid-19, les perspectives du projet sont plus vastes puisque la logistique déployée sera applicable à d’autres agents infectieux, d’autres situations de type pandémique mais aussi d’autres maladies complexes non-infectieuses.
Par ailleurs, l’approche multidimensionnelle (clinique, épidémiologique, biologique, génétique…) prolonge l’actuelle logique de digitalisation de la médecine.

Le financement de SOFINA constitue un soutien essentiel à la mise en place d’HYGIEIA et de son pipeline de données. Il permettra à terme au projet d’intégrer d’autres initiatives multicentriques nationales et internationales et de bénéficier de soutiens qui permettront de pérenniser l’initiative et d’atteindre une puissance statistique plus élevée.

« Grâce aux résultats engendrés dans le cadre du projet HYGIEIA, les chercheurs et autres professionnels impliqués pourront accroitre leurs acquis scientifiques pour postuler auprès de grands fonds de recherche et ainsi obtenir d’autres sources de financement. »
Pr Jean-Luc Balligand, Président de l’Institut de recherche expérimentale et clinique de l’UCLouvain (IREC)

« Le mécénat est la clé qui nous permettra d’actionner un levier qui facilitera un effet multiplicateur par l’accès à des fonds complémentaires pour la poursuite du projet à plus grande échelle. »
Pr Jean-Cyr Yombi, du Service de médecine interne et maladies infectieuses aux Cliniques universitaires Saint-Luc

« Le projet HYGIEIA correspond parfaitement à l’esprit et aux objectifs du Sofina Covid Solidarity Fund: ambitieux, scientifiquement rigoureux et holistique dans son approche. Il permettra d’accroitre rapidement la compréhension profonde de maladies infectieuses tel que le covid-19 et d’ouvrir de nouvelles pistes de prévention et de traitement. »
Pierre Gurdjian, Président du comité de gestion du Sofina Covid Solidarity Fund

 

 

Publié le 07 septembre 2021