Acquisition des données en archéologie du bâtiment : un groupe d’étudiants dans les nuages… de points

Louvain-La-Neuve

Le cours d'archéologie du bâti LARKE1210 additionne chaque année aux cours théoriques en auditoire des conférences par des spécialistes ainsi que des journées d’observation et d’exercices sur le terrain et sur chantiers.

Selon l'actualité, Tournai, Namur, Ecaussines et Soignies ont figuré parmi les destinations régulières des années précédentes. En 2016-17, le cours suivi par les étudiants de dernière année du bachelier leur a permis d’entendre Patrice Gautier, du Service archéologique des Musées royaux d’art et d’histoire – Cinquantenaire qui a détaillé « l’archéologie du bâti en région Bruxelles-Capitale : le cadre des pratiques et étude de cas (le Rouge Cloître, Oudergem) » le 15 mars 2017. Le 12 mai prochain, c’est Caroline Bolle (SPW DGO4 et UCL LOCI) qui nous accueillera sur le terrain, à l’ancienne infirmerie de l’abbaye Saint-Jacques de Liège pour une présentation de ce chantier patrimonial sensible et y aborder les questions de conservation.

Ce mercredi 22 mars cependant, c’est une diplômée ARKE, Andrea Luczfalvy Jancsó, aujourd’hui active aux Unité de géomatique et Centre européen d’archéométrie de l’Université de Liège, qui nous a présenté « des monuments de points intelligents », intervention consacrée au « 3D Laser Scanning de l'acquisition à la maquette virtuelle ».

Agrémentée d’une démonstration de scanner en auditoire, l’assemblée bénéficie désormais d’une photo (pardon : d’un scan) de groupe immortalisant la séance dans un local ERAS75 aux volumes éclatés et éclatants une fois traités en intensité de fausses couleurs… Une prise de présence originale en l’occurrence.