L'éternité selon Tintin - séminaire de 2e et 3e cycle

Louvain-La-Neuve

Cela fait maintenant plusieurs décennies que les aventures de Tintin ont conquis le monde, tout au moins celui de l’édition. On ne compte plus les traductions, qui vont du picard, spécialité linguistique belgo-française, au serbo-croate, en passant par le turc, le bengali ou le chinois ; celles-ci et toutes les autres ont permis à un très large public, en âge (de 7 à 77 ans, bien sûr) comme en conditions socioéconomiques, de partager les exploits du plus célèbre des reporters. Si l’on s’intéresse aux causes de ce succès, il faut pointer l’efficacité des stratégies de marketing mises sur pied dès le début des années 1930 par l’éditeur Le Petit Vingtième, puis par Casterman, qui prend le relais dans les années 1940, les Studios Hergé à partir de 1950, avant que la société Moulinsart n’y ajoute sa contribution dans les années 1980 par de nouvelles déclinaisons des aventures tintinesques et une diversification des produits dérivés. Cela étant, cette dynamique promotionnelle, qui s’active hors de l’œuvre, ne peut être disjointe des spécificités immanentes de celle-ci, c’est-à-dire de ses qualités sémiotiques et sémantiques qui ont retenu depuis longtemps l’attention des théoriciens des sciences humaines (littérature, linguistique, communication, histoire, histoire de l’art, sociologie1…).

Dans le prolongement du colloque «Tintin au XXIe siècle », programmé du 17 au 20 mai 2017 par l’UCL, l’association «Les Amis de Hergé » et le Musée Hergé, un comité scientifique qui rassemble plusieurs organisateurs et intervenants du colloque, la plupart issus de différentes universités belges et étrangères, a décidé, en accord avec la société Moulinsart, de proposer durant le second quadrimestre de l’année académique 2018-2019 des activités scientifiques et culturelles qui puissent relancer, voire pérenniser les (ou tout au moins entamer la pérennisation des) recherches portant sur une des grandes œuvres littéraires et artistiques du XXe siècle. L’objectif est d’offrir l’opportunité à un public d’étudiants (2e et 3e cycle), mais aussi constitué d’amateurs, soucieux d’ouvrir leur plaisir de lecture à celui de l’analyse, de mettre au jour les multiples richesses signifiantes d’une série de bande dessinée qui, avec quelques autres, a contribué à l’épanouissement d’un Âge d’Or de la B.D. belge.

Pour ce faire, un programme d’activités a été élaboré, qui propose une conférence, un débat et des séances de séminaire (LROM 2745, Sociosémiotique de la bande dessinée, y compris d’autres messages mixtes).

Plus d’informations et programme : dépliant du séminaire

1 Olivier ROCHE et Dominique CERBELAUD, Tintin, bibliographie d’un mythe, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014, 317 p.

Publié le 11 février 2019