Reshaping media public sphere

Reshaping media public sphere: A comparative perception analysis of new TV programmes showcasing political representatives from Belgium, France and Great Britain.

 

For several years now political representatives have been putting in appearances on hybrid infotainment programmes or on entertainment programmes only.
Those typically Anglo-American showcases have spread throughout West-European countries since the end of the nineties (see Brants et Neijens, 1998 ; Neveu, 2003 ; Jones, 2005 ; Le Foulgoc, 2010 ; Stanyer, 2013 ; Wheeler, 2013).

However, academics have been debating how influential these redesigned political TV shows may impact on the citizens’ socio-political knowledge, on their trust towards political institutions and on their civic commitment (see among others Baum, 2003 ; Prior, 2003 ; Jones, 2005 ; Van Zoonen, 2005 ; Street, Inthorn, Scott, 2013). This study aims at providing an empirical testing framework so as to set up comparative research on the way young TV viewers look upon infotainment programmes. Encompassing three countries, Belgium, France and Great Britain, this research is built around two methodological points, namely a questionnaire to be filled in by first-time voters and collective interviews via targeted discussion groups.

 

Méthodologie et axes de recherche


La recherche inscrit l’analyse de réception des émissions d’infotainment dans une démarche comparative. Cette dernière se fonde sur la construction d’un échantillon de récepteurs au sein de trois contextes nationaux: la Belgique francophone, la France et la Grande-­Bretagne.

La recherche se structure autour de deux volets principaux.

- Un premier volet quantitatif via la diffusion d’un questionnaire auprès de la cible de notre étude, les jeunes primo-votants.
Il s’agit de déterminer le profil des personnes qui consomment des émissions d’infotainment.
-­ Un second volet, qualitatif, vise les grilles de lecture des récepteurs.
Au-­delà du décodage, il sera question de mettre au jour les modalités d’appropriation des messages.
Ce second volet de l’enquête procédera par entretiens semi-directifs.


Membres


La recherche est réalisée sous la direction de :
Marc Lits , Professeur à l'Ecole de Communication.
Joëlle Desterbecq , chercheuse post-­doctorante.

Le projet est financé par le Fonds de la recherche scientifique – FNRS et ses fonds associés du 1er juillet 2013 au 30 juin 2015.
La recherche est réalisée dans le cadre du pôle Communication de l’Institut Langage et Communication (IL&C). Elle prend appui sur les travaux en analyse des médias réalisés par l’ORM.
Depuis une vingtaine d’années, l’Observatoire de recherche sur les médias et le journalisme (anciennement Observatoire du récit médiatique) s’intéresse aux discours médiatisés.
Parmi ceux-­ci on citera les événements politiques (des attentats du 11 septembre 2001 au “vrai-faux” journal télévisé de la RTBF du 13 décembre 2006 ou à la crise politique belge de l’été 2007), les acteurs politiques et leurs discours (la peopolisation politique; le storytelling; les discours populistes; le discours polémique). Ces recherches s’appuient sur un cadre méthodologique fondé à la fois sur l’approche socio-­économique du système médiatique, sur les modèles d’interprétation du récit médiatique et sur les analyses des usagers des médias dans une approche ethno-­sociologique.
L’analyse comparative de la réception des émissions d’infotainment s’inscrit dans cette dernière approche.