61 millions de personnes touchées par des phénomènes météos extrêmes en 2018

Les tremblements de terre et tsunamis ont été à l’origine de la majorité des 10 373 vies perdues dans des catastrophes en 2018 et les phénomènes météorologiques extrêmes ont été responsables de la plupart des 61,7 millions de personnes touchées par des catastrophes naturelles, selon une analyse de 281 phénomènes enregistrés par le Centre de recherche sur l’épidémiologie des désastres (CRED) de l’UCLouvain.

« En 2018, aucune partie du monde n’a été épargnée par l’impact de phénomènes météorologiques extrêmes. Les inondations, sécheresses, tempêtes et incendies étudiés ont affecté 57,3 millions de personnes, soulignant ainsi une fois de plus que, si nous souhaitons diminuer les pertes découlant de catastrophes, nous devons améliorer notre gestion du risque de catastrophe. Le temps est compté pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C ou 2 °C. Nous devons agir de manière active sur l’adaptation aux changements climatiques, ce qui signifie éviter la création de nouveaux risques grâce à une meilleure utilisation du sol, des réglementations urbanistiques et des codes de construction plus stricts, préserver les écosystèmes de protection, réduire la pauvreté et prendre activement des mesures pour diminuer l’exposition à la montée du niveau des mers », déclare Mami Mizutori, représentante spéciale du Secrétaire général pour la réduction des risques de catastrophe des Nations Unies.

Le bilan de 2018 de 10 373 pertes humaines doit être mis en rapport avec la moyenne de 77 144 décès enregistrés entre 2000 et 2017. Ces moyennes annuelles sont gonflées par la mort de très nombreuses personnes dans des catastrophes telles que le tsunami dans l’océan Indien (2004), le cyclone Nargis (2008) et le tremblement de terre à Haïti (2010). Les décès à la suite des principales catastrophes naturelles sont en recul en 2018 : probablement grâce à l’amélioration du niveau de vie et une meilleure gestion du risque de catastrophe ; mais aussi vu l’absence de catastrophes majeures.

Selon les statistiques du Centre de recherche sur l’épidémiologie des désastres (CRED) de l’UCLouvain, en 2018 :

  • L’activité sismique, à savoir les tremblements de terre, tsunamis et l’activité volcanique, a perturbé l’existence de 3,4 millions de personnes l’année dernière et a occasionné plus de morts que tout autre type de catastrophe, entre autres en Indonésie (4 417), au Guatemala (425) et en Papouasie-Nouvelle-Guinée (145).
  • Les inondations ont encore touché le plus grand nombre, soit 35,4 millions de personnes, y compris 23 millions au Kerala en Inde.  Elles ont provoqué 2 859 décès, en particulier en Inde (504), au Japon (220), au Nigeria (199) et en République populaire démocratique de Corée (151).
  • Les tempêtes ont frappé 12,8 millions d’individus l’année dernière et causé 1 593 décès enregistrés. Les tempêtes, notamment dues aux ouragans Florence (14 milliards d’USD) et Michael (16 milliards d’USD), ainsi que le typhon Jebi (12,5 milliards d’USD) devraient être les catastrophes les plus coûteuses de 2018, une fois que les pertes économiques finales seront répertoriées.
  • Les incendies en Europe et en Amérique du Nord sont à l’origine d’un nombre record de décès. En effet, les incendies en Grèce (126 décès) sont ceux qui ont fait le plus de victimes en Europe. Par ailleurs, les États-Unis (88 décès) ont connu les incendies les plus meurtriers et les plus coûteux observés en un siècle (estimé à 16,5 milliards d’USD).
  • 9,3 millions de personnes ont été touchées par la sécheresse dans le monde, entre autres au Kenya (3 millions), en Afghanistan (2,2 millions) et en Amérique centrale (2,5 millions), avec les foyers migratoires du Guatemala, du Honduras, du Salvador et du Nicaragua. Les rapports insuffisants sur la sécheresse et les phénomènes de températures extrêmes compromettent une meilleure compréhension de ces événements dans le monde.

« L’impact de toutes les catastrophes, en particulier la sécheresse et les températures extrêmes, est indiscutablement mal documenté, surtout dans les pays à faibles revenus. Les répercussions sur le plan humain de ces phénomènes sont difficiles à quantifier. Pourtant, il est nécessaire de le faire d’urgence, surtout afin de recenser les indicateurs ODD (objectifs de développement durable). C’est pourquoi les approches innovantes mesurant les avancées en matière de résilience et de capacité d’adaptation des communautés doivent être abordées par les agences des Nations Unies appropriées », explique Debarati Guha-Sapir, directrice du CRED à l’UCLouvain.

Les états membres de l’ONU se sont engagés à réduire les pertes résultant des catastrophes et à mettre en œuvre le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe (2015-2030), le plan mondial de réduction des pertes résultant de catastrophes qui vise clairement la diminution de la mortalité et du nombre de personnes touchées par des catastrophes, ainsi que la baisse des pertes économiques et dommages aux infrastructures critiques qui y sont liés.

Nombre total de personnes touchées par type de catastrophe (2018 par rapport à la moyenne du 21e siècle)

Top 10 des pays en fonction du nombre de personnes touchées (2018) Top 10 des pays en fonction du nombre total de décès (2018)
Pays Nombre total de personnes touchées Pays Nombre total de décès
1. Inde 23 900 348 1. Indonésie 4 535
2. Philippines 6 490 216 2. Inde 1 388
3. Chine 6 415 024 3. Guatemala 427
4. Nigeria 3 938 204 4. Japon 419
5. Guatemala 3 291 359 5. Chine 341
6. Kenya 3 211 188 6. Nigeria 300
7. Afghanistan 2 206 750 7. États-Unis d'Amérique 298
8. États-Unis d'Amérique 1 762 103 8. Pakistan 240
9. Japon 1 599 497 9. République populaire démocratique de Corée 237
10. Madagascar 1 472 190 10. Philippines 221
Source : EM-DAT (Base de données internationale sur les catastrophes) Source : EM-DAT (Base de données internationale sur les catastrophes)

 

Nombre total de personnes touchées par type de catastrophe (2018 par rapport à la moyenne du 21e siècle)
Événement 2018 Moyenne (2000-2017)
Sécheresse 9 368 345 58 734 128
Tremblement de terre 1 517 138 6 783 729
Températures extrêmes 396 798 6 368 470
Inondation 35 385 178 86 698 923
Glissement de terrain 54 908 263 831
Migration massive (sécheresse) 0 286
Tempête 12 884 845 34 083 106
Activité volcanique 1 908 770 169 308
Incendie 256 635 19 243
Total 61 772 617 193 312 310
Source : EM-DAT (Base de données internationale sur les catastrophes)

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le document annexe en vous rendant sur lien suivant : https://cred.be/sites/default/files/Review2018.pdf

        Publié le 29 janvier 2019