À l'échelle de la Chine

LOUVAINS

Enfant, Leonardo da Vinci était son idole. À 17 ans, sa rencontre avec un ingénieur anglais au coeur de l’Himalaya détermine son avenir : Nicolas Godelet sera ingénieur et architecte.

Rencontrer Nicolas Godelet, qui dirige depuis 2008 un grand cabinet d’architecture à Pékin, c’est entamer un voyage étonnant, et découvrir la Chine dans des dimensions insoupçonnées.

Car Nicolas ne se contente pas de raconter la Chine telle qu’il la vit au quotidien. Il ‘explique’ la Chine, et le développement fulgurant – entamé dans la perspective des JO de 2008 – de ce ‘grand atelier du monde’, où s’invente l’avenir des cités de demain et auquel lui-même participe, en travaillant notamment sur de nouveaux matériaux de construction, tels que des assemblages bois-bambou. Nicolas ‘dessine’ aussi la Chine d’aujourd’hui, puisque son atelier d’architecture participe à de grands projets d’aménagement urbain.

Mais il sait également dessiner l’identité de la Chine de toujours. Au détour de la conversation, il trace quelques idéogrammes sur un bout de papier : un champ, un puits, une maison... Démontrant ainsi la relation quasi architecturale entre écriture et espace, et au-delà, son incroyable et parfaite connaissance de la culture chinoise, acquise notamment grâce son apprentissage du mandarin à l’Institut des langues vivantes (ILV) lors de ses études à Louvain-la-Neuve. Puis, dans un coin de la feuille, Nicolas esquisse une petite échelle de bois. Un symbole fort pour notre architecte qui oeuvre dans un pays totalement hors normes, vers lequel il aime par-dessus tout jeter des ponts, à l’image de l’ouvrage qu’il achève de bâtir aux portes de Pékin, et qui sera l’un des symboles des Jeux Olympiques d’hiver de 2022.

Benoît Van Oost
Animateur du Réseau des diplômés de l’UCLouvain (Alumni Louvain)

> www.ng-lab.net

Nicolas Godelet Diplôme d’ingénieur civil architecte en 2012.

    Article paru dans le Louvain[s] de septembre-octobre-novembre 2019