B-LIFE : grande distinction !

LOUVAINS

Le laboratoire déployable de l’UCL obtient haut la main une certification de la Commission européenne.

En cas d’épidémie majeure, le labo B-LiFE (Biological Light Laboratory for Emergencies), spécialisé dans le diagnostic rapide des maladies infectieuses, est capable de se déployer en première ligne, partout dans le monde. Les experts belges de l’UCL et de B-FAST (Belgian First Aid and Support Team) viennent de le prouver. Sous l’oeil critique de trois certificateurs européens, ils ont participé à un exercice de terrain en Suède avec quatre autres pays. « Le but était de démontrer notre habilité à nous déployer de façon autonome et à assister efficacement d’autres modules médicaux », explique le Pr Jean-Luc Gala, directeur du Centre de technologies moléculaires appliquées (CTMA) de l’UCL. B-LiFE avait déjà fait ses preuves en Guinée en 2015 lors de l’épidémie Ébola. Au cours de cet exercice international et grâce à l’aide logistique de B-FAST, il a confirmé son entière autonomie opérationnelle. « Les Belges avaient pour mission d’appuyer l’hôpital de campagne chirurgical italien. Le labo mobile allemand aidait l’hôpital espagnol  mais nous coopérions entre nous », raconte Jean-Luc Gala. « Nous devions répondre le plus rapidement possible à une demande continue en analyses biologiques ». Le scénario prévoyait entre autres des complications infectieuses dues à la contamination de l’eau par le choléra ou le norovirus.

Haute technologie

Pour remplir son rôle, l’équipe belge a usé de techniques originales et innovantes. « Nous avons utilisé deux types de drones. L’un pour transmettre les échantillons biologiques entre les deux labos et l’autre pour établir une cartographie précise de la zone de crise. L’appareil était capable d’enregistrer des images de grande qualité et de les fusionner avec celles obtenues par satellite. De la technologie de très haut vol ! ». B-LiFE est le seul laboratoire mobile européen à disposer d’une transmission par satellite grâce à la collaboration de l’Agence spatiale européenne. « Notre équipe a vraiment été très performante. Le fait d’être passé sous les fourches caudines d’évaluateurs internationaux envoyés par la Commission européenne, c’est une excellente carte de visite pour nous ! », conclut l’expert avec fierté.

Anne Mauclet
Chargée de communication

> Centre de Technologies moléculaires appliquées (Institut de recherche expérimentale et clinique - IREC/UCL)

Crédit photo : Xavier Havaux

Article paru dans le Louvain[s] de juin-juillet-août 2017