Le plein d'humanité

LOUVAINS

Étudiante en médecine, Maureen Mooken est membre du kot-à-projet Humanikot. Pleine d’énergie, elle mène de front ses études et ses projets humanitaires. Organisatrice d’un festival d’ouverture culturelle, la jeune femme espère un avenir plus solidaire. « Vivons mieux ensemble ! » clame-t-elle.

L’Humanikot est un kot-à-projet du campus de l’UCLouvain à Bruxelles Woluwe. Son objectif ? « Nous voulons permettre aux étudiant·es de s’investir dans des actions humanitaires, du bénévolat, de donner un peu de leur temps pour ceux qui sont dans le besoin comme les sans-abris ou les réfugiés. Les sensibiliser à l’état du monde actuel aussi », explique avec ardeur Maureen Mooken, étudiante en master 2.

Un temps pour l'autre

Entre autres activités, l’Humanikot organise tous les mercredis des maraudes dans Bruxelles pour distribuer de la soupe aux sans-abris. « Cette action remporte un énorme succès. Chaque semaine, nous sommes au moins six à y participer, tous très motivés. » Le KAP met également sur pied un gala de charité, l’Humani Night. « Cette année, la soirée sera organisée au profit d’une association active au Yémen. L'occasion d’informer les gens sur la situation humanitaire dramatique dans ce pays. » Au premier quadrimestre, une quarantaine d’étudiant·es ont visité les bureaux de Médecins Sans Frontières. « Nous avons découvert le dispositif déployé par l’organisation lors de ses missions. C’était passionnant ! »

Un esprit ouvert

Cette année, l’Humanikot organise la 2e édition du Festival Focus. « FOCUS pour Festival d’Ouverture Citoyenne pour un avenir Solidaire », précise Maureen. « L’événement est centré sur le thème des réfugiés, encore d’actualité, mais l’objectif global du projet est de favoriser l’échange culturel et l’ouverture au monde en général. » Au programme ? Stands d’information, petits plats concoctés par des chefs réfugiés, bière brassée par des sanspapiers, match d’impro, théâtre, musique, etc. Deux partenaires sont associés au projet, le Kot-à-côte et le CGEI (Coordination générale des étudiants internationaux).

Une question de choix

Maureen, elle, déborde de vitalité. « J’ai besoin d’être active tout le temps ! Être utile sur le terrain, ça me manque dans mes études. Participer à l’animation du campus, m’engager pour les plus démuni·e·s, j’aime ça. » Voilà qui nécessite une sérieuse organisation. « C’est une question de choix. Je passe beaucoup de temps sur mes projets mais je ne regarde jamais de séries ou la télé. Les études de médecine sont prenantes mais il faut relativiser et profiter de cette période. Quand on travaille, c’est autre chose. » Et au moment d’étudier ? « Quand c’est le blocus, c’est le blocus ! On est vraiment solidaires et la dynamique de groupe est très motivante. » Une expérience humaine enrichissante ? « S’impliquer dans un kot-à-projet fait grandir. On se confronte à des personnes différentes, on apprend à travailler en équipe. J’apprends beaucoup sur moi et sur les autres. »

> Le festival Focus aura lieu du 25 au 28 mars 2019 sur le campus de l’UCLouvain à Bruxelles Woluwe. Infos : facebook.com/events/1025705067630908/

Anne Mauclet
Chargée de communication

 

 

Visite à MSF à l’occasion d’une exposition sur les camps transportables.

 

 

Légende photo du haut : Le stand de l’Humanikot lors de la fête Medin’Alma à l’UCLouvain Bruxelles Woluwe : les étudiant·e·s paient leurs crêpes en vêtements qui sont distribués aux sans-abris.

    Article paru dans le Louvain[s] de mars-avril-mai 2019