Les mille vies de Saba

LOUVAINS

Tout ce qu’elle fait, Saba Parsa le fait jusqu’au bout. Ce qui aiguille cette diplômée en sciences politiques ? La responsabilité.

« Une fois mon diplôme en poche, j’ai travaillé quatre ans avant de reprendre des études de droit en horaire décalé, à Saint-Louis et à l’UCL », explique Saba Parsa, tout sourire. Elle entame son master à Louvain en même temps qu’elle enseigne le droit à la Haute École Bruxelles - Brabant (HE2B). Passionnée par les questions alimentaires, elle s’oriente vers le droit du développement durable. « Il est très important pour moi d’inscrire ma pratique dans la conscience des générations futures. J’ai donc creusé le droit à une alimentation saine et durable », explique celle qui s’implique dans la Belgian Food Safety Association. Maman de deux jeunes enfants – « j’ai passé mes premiers examens quelques jours avant d’accoucher » –, cette jeune femme enthousiaste est actuellement avocate stagiaire au sein du cabinet Praetica qui entend combiner pratique et éthique. Son passage à l’UCL ? « Des rencontres magnifi ques avec des gens engagés qui aspirent souvent à sortir de leur rang social. » D’excellents enseignants aussi, Charles-Hubert Born, Henri Culot ou Philippe Coppens qui « nous poussait à questionner notre pratique du droit. » Elle qui a travaillé depuis ses 15 ans, aussi pour payer ses études, sait d’où elle vient. « J’avais un an et demi quand mes parents ont fui l’Iran à la révolution. Je suis très fière de mes premiers papiers donnés par l’ONU et de la chance que m’ont donnée mes parents », sourit-elle. Ah oui, Saba Parsa est aussi conseillère communale… et elle a été nominée 2017 pour le Master's Thesis Award Sustainable Food de la Fondation pour les générations futures.

Dominique Hoebeke

Saba Parsa Master en droit 2016 (UCL).
 

Crédit photo : Alexis Haulot

    Article paru dans le Louvain[s] de décembre 2017-janvier-février 2018