Chaire Quetelet 2019

Les changements démographiques au fil du gradient urbain-rural

7-8 Novembre 2019, Louvain-la-Neuve, Belgique

 

*** Formulaire d'inscription ***

*** Programme ***

 

La vie urbaine et la vie rurale sont très distinctes, avec par exemple des activités économiques principales différentes, un accès variable aux services, y compris de santé et d'éducation, et des structures familiales différentes. Les comportements démographiques au fil du gradient rural-urbain varient selon le stade des transitions démographique et urbaine atteint. Quelles différences entre les populations rurale et urbaine observe-t-on au cours de la transition démographique ? Quel est le rôle de la migration interne dans la diffusion des comportements ? Au-delà de la dichotomie urbaine-rurale, les différences de comportement démographique selon le degré d'urbanité doivent être prises en compte.

 

Degré d'urbanité dans la recherche démographique

Les termes ‘rural’ et ‘urbain’ sont des mesures grossières des milieux de résidence, et il n'existe en fait aucune définition universelle de ce qui est considéré comme urbain. Aller au-delà de la dichotomie ville-campagne est une étape importante pour y remédier. En effet, une grande partie de la population mondiale vit dans des établissements semi-urbains ou périphériques, ce qui suggère qu'un continuum d'urbanité est beaucoup plus pertinent. Le regroupement dans un même ensemble des villes de 5’000 habitants et des mégalopoles occulte la diversité des caractéristiques des agglomérations dans lesquelles vivent les populations. Les communications traitant de ces questions sont les bienvenues, en particulier celles qui portent sur :

  • L'usage des nouvelles technologies pour définir l'urbanité et la façon dont elles aident à estimer la population (y compris les données géoréférencées par satellite, téléphone cellulaire ou médias sociaux).
  • Les nombreuses catégories de l'urbain - contributions et contraintes pour la recherche démographique.
  • La démographie des agglomérations intermédiaires.
  • Le rôle du gradient urbain/rural dans les théories et les politiques démographiques.

 

Diffusion des comportements dans les milieux ruraux et urbains

Le milieu urbain est souvent considéré précurseur de la première transition démographique. La mortalité diminuerait d'abord dans le secteur urbain lorsque les maladies infectieuses commencent à régresser. Le déclin de la fécondité commencerait également dans le milieu urbain. Est-ce vraiment un schéma universel ? Comment cette diminution des taux démographiques se propage-t-elle entre secteurs ? La disponibilité des infrastructures sanitaires en milieu urbain entraîne-t-elle le déclin de la mortalité en milieu urbain ? L'idée de limiter sa fécondité se répand-elle du milieu urbain au milieu rural ? Ou bien les deux milieux veulent-ils tous deux limiter les grossesses, mais les besoins non satisfaits en matière de contraception entravent la transition vers la fécondité dans les zones rurales ?

Par ailleurs, bien que la deuxième transition démographique diffère selon le lieu, il n'existe pas de preuves irréfutables de variance selon le milieu urbain ou rural des caractéristiques de la deuxième transition, comme la cohabitation hors mariage ou la monoparentalité. Les communications relatives à la diffusion des comportements selon un gradient rural-urbain sont encouragées, en accordant une attention particulière à ce qui suit :

  • Déclin contemporain et historique de la fécondité.
  • Baisse contemporaine et historique de la mortalité.
  • Changements selon le genre, composition familiale et conditions de vie.

 

Migration et circulation interne

Les migrations internes sont plus fréquentes que les migrations internationales, mais les mouvements de populations à l'intérieur d'un pays sont souvent négligés. Les populations peuvent se déplacer d'une région à l'autre à l'intérieur d'un même pays, entre milieux rural et urbain, entre zones rurales ou entre zones urbaines. Les déménagements peuvent être à long terme, temporaires ou saisonniers. Certains peuvent choisir de vivre dans une région et de travailler dans une autre. Les facteurs d'incitation et d'attraction n'ont pas la même importance tout au long de la vie d'un individu et des événements tels que le début des études ou le mariage sont des déclencheurs importants de la mobilité résidentielle. Peu de recherches se consacrent à ces types de mobilité, et surtout à la façon dont ils déterminent les caractéristiques et les comportements des populations rurales et urbaines. Comment ces mouvements internes sont-ils mesurés ? Comment la mobilité et la circulation affecteraient-elles les estimations démographiques ? Quelle est l'ampleur de la migration intra-urbaine - l'étape supposée finale de la transition vers la mobilité ? Les contributions portant sur les thèmes suivants sont encouragées :

  • Migrations cycliques et saisonnières.
  • Villes satellites.
  • Décisions relatives à la circulation au cours de la vie.
  • Migration rurale-rurale et urbaine-urbaine.

 

Urbanisation, inégalités économiques et écologie

L'urbanisation est souvent associée au progrès économique, accompagné par l'industrialisation et les systèmes économiques avancées, ainsi que par l'éducation de masse et la démocratisation. Mais cette relation a également été remise en question, compte tenu de l'aggravation des inégalités et des risques pour l'environnement. L'urbanisation va-t-elle nécessairement de pair avec la croissance économique ? Dans quelle mesure provoque-t-elle la pauvreté ? Quels sont les avantages de l'urbanisation pour le développement durable ? D'une part, les agglomérations denses fournissent et distribuent la nourriture et l'eau plus efficacement et laissent des espaces verts entre elles. D'autre part, la biodiversité locale est affectée et les terres rurales sont destinées à fournir de la nourriture aux villes. Quels sont les effets des différents types d'urbanisation sur l'environnement ? Les communications traitant des questions suivantes sont les bienvenues :

  • L'environnement au fil du gradient rural-urbain.
  • Le gradient rural-urbain en relation avec la pauvreté et les inégalités : approche spatiale et historique.

 


 

Instructions pour soumettre un résumé

  • Inscrivez-vous
  • Cliquez sur "Nouvelle soumission"
  • Ajouter des auteurs dans le bon ordre : ajoutez-vous en tant qu’auteur et (dé-)cochez l’auteur à contacter
  • Remplissez le formulaire « Titre et résumé » (résumé court de moins de 250 mots, en anglais ou en français). Le résumé court doit être présenté de la façon suivante :
    • Contexte général
    • Objectif
    • Méthodes
    • Résultats (prévus)
    • Conclusion ou contribution (prévue)

IMPORTANT : Les résumés qui ne suivent pas ce format ne seront pas acceptés.

  • Remplissez le formulaire « Mots-clés » (2 à 5 mots-clés)
  • Non obligatoire à ce stade : Télécharger l’article ou un résumé long (en format PDF seulement, minimum 4 pages)

 

Date limite de soumission des résumés courts : 31 mars 2019
Notification d’acceptation aux auteurs : 14 juin 2019
Ouverture des inscriptions aux auteurs : 14 juin 2019
Dernier délai d’inscription aux auteurs : 13 septembre 2019
Date limite de soumission des résumés longs : 13 septembre 2019
Date de la conférence : 7-8 novembre 2019

 

*** Formulaire d'inscription ***

 

Frais d’inscription : 150 €
Cotisation ONG/association : 50 €
Frais d’inscription doctorants/étudiants/retraités : 20 €
Un soutien limité sera offert aux auteurs des pays à faible revenu.

 

Les langues de la conférence sont l’anglais et le français. Toutefois, toutes les diapositives doivent être en anglais, même si la présentation orale est en français.

 

Lieu de la conférence : LouvainHouse, Traverse Comte Yves du Monceau, 1348 Louvain-la-Neuve

 

Site Web pour les soumissions : https://easychair.org/conferences/?conf=cq2019

 

Comité Scientifique
Philippe Bocquier (UCLouvain, Belgium)
Jean-Michel Decroly (ULB, Belgium)
Yoann Doignon (UCLouvain, Belgium)
Thierry Eggerickx (UCLouvain, Belgium)
France Guérin-Pace (INED, France)
Mathias Lerch (Max Planck Institute for Demographic Research, Germany)
Catherine Linard (Université de Namur, Belgium)
Ashira Menashe-Oren (UCLouvain, Belgium)
Michel Oris (Université de Genève, Switzerland)

Comité organisateur
Philippe Bocquier (UCLouvain, Belgium)
Mélanie Bourguignon (UCLouvain, Belgium)
Yoann Doignon (UCLouvain, Belgium)
Thierry Eggerickx (UCLouvain, Belgium)
Marguerite-Marie Hanon (UCLouvain, Belgium)
Mireille Le Guen (UCLouvain, Belgium)
Gaëlle Marion (UCLouvain, Belgium)
Ashira Menashe-Oren (UCLouvain, Belgium)
Jocelyn Nappa (Université de Kinshasa)
Audrey Plavsic (UCLouvain, Belgium)
David Sanchez Paez (UCLouvain, Belgium)
Jean-Paul Sanderson (UCLouvain, Belgium)
Koyel Sarkar (UCLouvain, Belgium)
Benjamin-Samuel Schlüter (UCLouvain, Belgium)
Isabelle Theys (UCLouvain, Belgium)
Océane Van Cleemput (UCLouvain, Belgium)
Christophe Vandeschrick (UCLouvain, Belgium)

 



Contact
Chaire Quetelet 2019
Centre de recherche en démographie
Université catholique de Louvain
1 Place Montesquieu bte L2.08.03
1348-Louvain-la-Neuve, Belgique
Tel. +32 10 472951, Fax. +32 10 472952
chairequetelet@uclouvain.be
www.uclouvain.be/demo