Résiliences et pandémie au Pérou

“Résilience sociale et communautaire en temps de pandémie : mobilités, circulations de savoirs et reconfigurations politiques. Une lecture à partir des communautés andines et amazoniennes du Pérou”

Mandat d’Impulsion Scientifique F.R.S.-FNRS (MIS)

Objectifs du projet :

Le Pérou est considéré comme le pays du monde le plus touché par la pandémie de COVID-19. Parmi les facteurs explicatifs se trouvent les conditions structurelles d’inégalités, la prédominance de l’économie informelle, la faiblesse des services de santé publique et l’instabilité politique. En de telles circonstances, les capacités de gestion collective et communautaire, les réseaux de solidarité entre familles et groupes, ainsi que les pratiques de mobilités offrent, bien souvent, les seules possibilités de réponses à la crise. En effet, alors que comme dans d’autres pays des Suds, l’Etat péruvien s’est rapidement retrouvé débordé, les populations des zones rurales ont développé leurs propres mécanismes d’endiguement et de résistance face à la crise, au sein desquels les dimensions familiales, collectives et communautaires se sont révélées essentielles.

Ce projet de recherche entend identifier et analyser les formes et pratiques collectives innovantes apparues en réponse à cette situation inédite (tant sur le plan des mobilités, que sur le plan sanitaire, politique ou organisationnel) et, dès lors, participer aux débats scientifiques actuels sur la résilience sociale et communautaire. Nous contribuerons en ce sens – à partir d’un contexte de crise servant de révélateur –, au renouvellement des connaissances sur les communautés andines et amazoniennes, les mobilités internes, ainsi que le pluralisme juridique et politique au Pérou.

Plusieurs questions clés guident notre travail : Quels ont été et quels sont les mécanismes de résilience sociale et communautaire à l’œuvre durant la crise liée au Covid-19 ? Quelles pratiques locales les populations rurales ont-elles adoptées et développées pour résister à la crise ? Comment ces pratiques ont-elles circulés et quelles nouvelles mobilités a-t-on pu observer ? Pour quels résultats et transformations pour les territoires et acteurs andins et amazoniens ?

Posées de cette façon, notre recherche poursuit quatre types d’objectifs fondamentaux:

  1. Objectifs théoriques : (1) Apporter aux discussions sur la résilience ‘sociale’ et ‘communautaire’, en y approfondissant l’entrée par les dynamiques de mobilité (personnes, biens, savoirs, et pratiques). (2) Apporter à la conceptualisation de la notion de ‘communauté’, à partir de l’expérience croisée des contextes géographiques andins et amazoniens, au Pérou.
  2. Objectifs empiriques : (1) Identifier et analyser les pratiques innovantes de résilience dans les communautés andines et amazoniennes, tant sur le plan sanitaire que politique ou organisationnel. (2) Apporter aux débats sur la mobilité interne péruvienne, en étudiant les itinéraires et les pratiques de mobilité des personnes, ainsi que la circulation des savoirs et des biens à partir des régions rurales diverses du Pérou.
  3. Objectifs sociaux : (1) Proposer, avec les acteurs locaux, une réflexion analytique, empirique et critique sur la crise sanitaire, orientée vers le développement de politiques publiques valorisant les dimensions communautaires. (2) Développer de nouveaux partenariats académiques avec le Pérou, dans une visée interdisciplinaire sur l’étude de la crise sanitaire.
  4. Objectifs méthodologiques : Développer une étude de terrain innovante, qui mette au centre de l’attention la présence d’une route, à la croisée d’espaces géopolitiques et de contextes

Pour répondre à ces divers objectifs, le projet opte pour une étude de cas comparative entre quatre communautés rurales du Pérou, andines et amazoniennes, situées le long d’un même axe routier. Méthodologiquement, le projet combine plusieurs outils inductifs : observation participante, entretiens, récits de vies et construction de trajectoires migratoires. Profondément interdisciplinaire, celui-ci se situe au carrefour de plusieurs disciplines : socio-anthropologie, géographie humaine et psychologie communautaire.