RÉPLICA, Groupe de REcherche en Poésie, LIttérature et CinémA du monde hispanique

ECR

Image tirée du film Zama (2018) de la réalisatrice argentine Lucrecia Martel. Le film est tiré du roman éponyme d’Antonio Di Benedetto (1956)
Image tirée du film Zama (2018) de la réalisatrice argentine Lucrecia Martel. Le film est tiré du roman éponyme d’Antonio Di Benedetto (1956)

Les travaux des chercheurs en études hispaniques engagés à temps plein portent tous sur l’expression poétique aux XXe et XXIe siècles (G. Fabry, M. Flores, A. Damerdji, C. Dasseleer). Les recherches des collaborateurs scientifiques étoffent ce premier versant par des études qui privilégient le cinéma (Sophie Dufays) ou le roman (David Becerra, Laurence Pagacz).

La question de l’articulation politique de la mémoire collective est un axe commun à tous les chercheurs, qu’il s’agisse de

  • étudier les mécanismes culturels (éventuellement conflictuels) sous-jacents aux intertextualités bibliques repérables dans la poésie contemporaine (G. Fabry, M. Flores);
  • déterminer la façon dont la poésie reconfigure les identités de poètes cubains au marquage politique et littéraire divers (A. Damerdji) ;
  • analyser les nouvelles trajectoires d’engagement social et politique dans des formes poétiques hybrides, marquées par l’intermédialité, dans un contexte souvent post-dictatorial (C. Dasseleer);
  • analyser comment et pourquoi le canon littéraire espagnol a écarté des représentations sociales qui donnaient la voix à des sujets subalternes, avec un intérêt particulier pour la production romanesque des années 30, 50 et 2000 en Espagne (D. Becerra) ;
  • étudier les formations dolentes de la mémoire (mélancolie, nostalgie, trauma) dans le cinéma contemporain, spécialement argentin et mexicain, deux contextes nationaux marqués par les disparitions extra-judiciaires (S. Dufays) ;
  • examiner comment des genres anciens (apocalypses et dystopies) sont resémantisés au regard de la crise écologique (L. Pagacz).

Membres :

Collaborateurs scientifiques :