Agenda des séminaires IPSY

Louvain-La-Neuve

L'accès aux séminaires est réservé aux chercheurs et aux professionnels intéressés par la problématique de recherche. Mardi 8 novembre de 13h00 à 14h00 Socrate 42 Excessive internet use in European adolescents (summary from 25 countries in EU Kids Online project). Lukas Blinka (Mazaryk University, Czech Republic) - Jeudi 17 novembre de 16h00 à 17h30 local E241 The cultural shaping of prejudiced attitudes: The role of ideal affect. Magali Clobert, Stanford University, Culture and Emotion Lab - Mercredi 7 décembre de 12h30 à 14h00 Salle du Conseil La clairvoyance de la désirabilité sociale : Une nouvelle approche de la falsification des mesures autorapportées. Benoît Dompnier, Université de lausanne

 

Agenda des séminaires

Réservés aux psychologues. Sur inscription pour les non-membres IPSY  

 

 

2017

 

 


Mercredi 22 mars de 10h00 à 11h00
Local E139

 

Cerveau et comportement sexuel : une fenêtre dans l'exploration du cerveau social. Prof. Harold Mouras, Université de Picardie (France)

Ce séminaire abordera quelques uns des principaux résultats de recherche portant sur le rôle du cerveau dans le traitement de l'information motivationnelle et sexuelle, et montrera comment cette question a été abordée au travers de différentes sphères. Nous nous focaliserons dans un premier temps sur la sphère centrale grâce à des études ayant utilisé la neuroimagerie fonctionnelle pour explorer le rôle du cerveau dans la motivation. Dans un second temps, la sphère périphérique sera abordée pour montrer comment nous avons pu récemment utiliser des méthodes comme la post urographie pour approfondir notre connaissance sur le rôle des corrélats moteurs dans le traitement de l'information motivationnelle.

Invitants : Pierre Maurage et le LEP

 

 

 

 

2016

 


Mardi 8 novembre de 13h00 à 14h00
Local Socrate 42
Excessive internet use in European adolescents (summary from 25 countries in EU Kids Online project). Lukas Blinka (Mazaryk University, Czech Republic)

The term excessive Internet use (EIU) is often associated with pathological extensive Internet usage, which could also be called “online addiction” and is usually defined by the following components used for determining other types of addictive behaviour: salience, mood modification, withdrawal symptoms, tolerance, conflicts and relapse and reinstatement. Behaviours fulfilling these criteria may lead to the social, mental, and/or physical impairment in children and youth. A number of recent studies provided insights into the prevalence and correlates of this phenomenon. Nevertheless, only a limited amount of research has focused on comparison of excessive Internet use in adolescents from different cultural and national contexts.
In this presentation I will reflect upon findings from the EU Kids Online II project, which includes representative samples of adolescents aged 11 to 16 from 25 European countries (N = 18,709), the biggest pan-European project on social and psychological factors of children’s use of digital media so far. A short five-item Excessive Internet Use Scale was used to measure the phenomenon. In the presentation, I will provide methodological details of the project and psychometric properties of the scale. I will discuss issues of identifying at-risk population, psychological, behavioural, and social factors associated with EIU as well as cross-country and cultural differences.

Invitant : Joël Billieux et le Laboratoire de Psychopathologie Expérimentale


Mercredi 2 novembre de 14h00 à 17h00
Local Salle du conseil A224

Variabilité cardiaque de haute fréquence et comportements prosociaux. Approche causale de la théorie polyvagale. Brice Beffara, Université de Grenoble/UCL

La théorie polyvagale (Porges, 2007) propose la flexibilité physiologique comme corrélat des compétences socio-émotionnelles. Cette flexibilité physiologique est en partie déterminée par les interactions coeur-cerveau mesurables par la variabilité cardiaque de haute fréquence (HF-HRV). Selon cette théorie, une plus haute HF-HRV devrait être associée à une meilleure perception des émotions et à des comportements davantage prosociaux. Si plusieurs données tendent à corroborer cette proposition, aucune étude ne permet de tester précisément ces hypothèses. Nous avons donc mené une série d’études ayant pour but de les tester. Dans une première étude, nous avons testé le lien entre HF-HRV et comportement prosocial mesuré par le niveau de coopération. Le niveau de HF-HRV prédisait le niveau de coopération mais dans un contexte spécifique. Notre deuxième étude avait pour but de tester le lien entre HF-HRV et perception des émotions. Ici, le niveau de HF-HRV ne prédisait pas de meilleures performances en reconnaissance d’émotions. Nous avons ensuite voulu tester un éventuel lien causal existant entre HF-HRV et prosocialité. Pour cela nous avons réalisé une expérience (étude 3) visant à manipuler la HF-HRV par biofeedback. Le biofeedback augmentait la HF-HRV mais uniquement chez les individus avec une faible ligne de base. L’étude 4 testait si manipuler la HF-HRV par biofeedback modulait le comportement de coopération. Nous n’avons pas répliqué nos résultats quant à l’efficacité du biofeedback et n’avons donc pas observé d’effet sur la coopération. La cinquième et dernière étude permettait de tester si manipuler la prosocialité modulait le niveau de HF-HRV. Nous n’avons pas observé d’effet de notre manipulation expérimentale sur la HF-HRV. En conclusion, la prédiction de la théorie polyvagale est corroborée par les données empiriques quant au lien entre HF-HRV et comportements prosociaux mais aucune confirmation n’a pu étayer le rapport entre perception des émotions et HF-HRV. Dans le cas des manipulations expérimentales à court terme, aucune relation causale entre HF-HRV et comportements prosociaux n’a été observée.

Invitant : Stefan Agrigoroaei


Vendredi 28 octobre de 15h00 à 18h00
Local Socr 41

Is this music, the extraordinary nature of a single drumming bout compared to ordinary noise making in chimpanzees. Valérie Dufour, Université de Strasbourg

Here I will present the unusual characteristics of the drumming performance of a chimpanzee named Barney. His sound production, several sequences of repeated drumming on an up-turned plastic barrel, shared several features of typical human musical drumming: it was rhythmical, decontextualized, and well controlled by the chimpanzee. This type of performance raises questions about the origins of our musicality. Following this work we also recorded all events of sound production with objects that spontaneously occurred in Barney’s colony. First we looked at the frequency and duration of sound making. We examined effects of context of sound making, the sex of the producer, as well as the medium and the degree of elaboration of the technique used. Then we filmed as many events as possible to increase our chances of recording sequences that would be musically similar to Barney’s performance in the original study. Interestingly, properties of sound productions differed across contexts, sex, and techniques. We also filmed several long productions that were rhythmically interesting. However, none fully met the criteria of Barney’s production in terms of musicality. Nevertheless, the high frequency of occurrence of sound making with objects in the observed colony may have concurred to create favorable conditions leading to this “once in a lifetime” music making by Barney.

Invitants : Brice Beffara et Nicolas Vermeulen


Jeudi 27 octobre de 15h00 à 18h00
Local Socr 41

Supériorité et Limites des Réseaux de Neurones Artificiels dans la Reconnaissance et la Catégorisation Visuelle. Martial Mermillod, Université de Grenoble-Alpes

Depuis la seconde moitié du 20 siècle et les travaux pionniers de psychologues tels que McCulloch & Pitts (premier neurone formel), Donald Hebb (base de la règle d'apprentissage synaptique), ou Frank Rosenblatt (premier réseau de neurones parallèle distribué) jusqu'aux travaux plus récents sur le Perceptron MultiCouches, les Deep Belief Networks ou les Convolutional Neural Network, les recherches sur les réseaux de neurones artificiels ont permis des progrès remarquables dans la compréhension et l?imitation de processus cognitifs humains. Dans ce séminaire, je présenterai les travaux récents dans le domaine de la reconnaissance et de la catégorisation visuelle mais aussi les limites et perspectives actuelles. En particulier, nous explorerons quelques pistes de recherche sur le predictive coding en neurosciences cognitives et en psychologie ainsi que sur les bases computationnelles de ces fonctions cognitives qui, au-delà de l'efficacité des réseaux des neurones artificiels dans la catégorisation et l'identification de scènes ou d?expressions émotionnelles, permettraient de doter ces systèmes artificiels de capacités anticipatoires et conceptuelles.

Invitants : Brice Beffara et Nicolas Vermeulen


Jeudi 20 octobre à 11h30
Local Socr 23

Deliciously healthy: Healthy food cues elicit approach motivation and reduce breadth of attention. Irena Domachowska (TU Dresden)

I will present results of my research on the influence of appetitive food cues on attentional breadth. In Experiment 1, we replicated findings of an influential study conducted by Gable and Harmon-Jones (2008), in which the authors demonstrated that appetitive stimuli elicit positive affect high in approach motivation, which reduces the breadth of attention. In Experiment 2, instead of using pictures of unhealthy snacks, we used pictures depicting delicious and healthy foods, mainly fruits (Domachowska et al., 2016). We replicated the original finding, i.e. the pictures of healthy food stimuli narrowed the attentional breadth and we evaluated as equally positive as the original, unhealthy stimuli. These results show that both healthy and unhealthy types of food can be seen as highly positive and elicit approach motivation. I will discuss possible factors influencing this effect.

Invitant : Olivier Luminet
Dans le cadre du projet "Psyfood" supervisé par Olivier Corneille, Olivier Luminet, Stephan van den Broucke (UCL), Olivier Klein et Axel Cleeremans (ULB)


Mercredi 12 octobre de 9h30 à 11h00
Local : E139

The Role of Dysfunctional Thinking Styles in the Development and Maintenance of Substance Abuse in the Homeless population. Madders Michelle University of Southampton

Homelessness in the Western world has increased exponentially within the last few decades. This is in parallel to the increased rates of depression, rising with each successive generation. Authors have referred to depression as the "disease of modernity". Further, research on depression and substance use has revealed that these disorders co-occur. This comorbidity is worrisome, as it has been linked to increased risk for relapse for depression and substance abuse, more severe chronic illness presentations, greater social impairment and increased risk for suicide. These impairments have been demonstrated within the homeless population. Substance use disorder history has been reported to be a key risk factor in repeated homelessness. Furthermore, substance use has been linked to violent and maladaptive behaviours, leading to social exclusion and isolation. The prevalence of Axis I disorders within this marginalised group of society are estimated as high at 50% to 70%. Yet little research is being conducted in identifying adequate psychological treatment interventions for the homeless. A mediation analysis examined how prior childhood trauma acts upon dysfunctional behaviour through the indirect mediator of dysfunctional cognitions.

Invitants : Pierre Philippot & LEP


Mercredi 28 septembre de 14h00 à 16h00
Local E139

Les défis de l'évaluation du langage chez le très jeune enfant sourd. Louise Duchesne Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

L'avènement du dépistage néonatal universel de la surdité, de plus en plus répandu en Occident, fait en sorte que les familles d'enfants ayant une surdité sévère à profonde font appel de plus en plus tôt aux services de réadaptation. Le fait de prendre en charge des enfants très jeunes comporte plusieurs défis pour les cliniciens : d'abord, ceux-ci doivent ajuster leurs interventions aux très jeunes enfants et à leurs familles. Un autre de ces défis, tant pour les cliniciens que pour les chercheurs, est la manière de recueillir des données d'évaluation du langage fiables et valides. Les parents peuvent donc devenir une source appréciable d'information au sujet des habiletés linguistiques émergentes de leur enfant. Ce séminaire portera sur diverses méthodes d'évaluation du langage en fonction du degré d'implication du parent. Les résultats d'une étude comparant trois méthodes (journal de bord, inventaire lexical et échantillon de langage) sur une période de 12 mois seront d'abord présentés. Une discussion suivra sur la représentativité et la validité de chaque méthode et sur l'implication et le sentiment d'efficacité personnelle des parents de jeunes enfants sourds.

Invitantes : Mariane Frenay, Marie-Anne Schelstraete et Anne Bragard (Chaire UCL-IRSA)


Mercredi 7 septembre à 10h00
Prevention and control of noncommunicable diseases through Community Health Development: Experiences in a middle income country. Tin Tin Su, University of Malaya, Malaysia

Public health is concerned with protecting and promoting the health of entire populations, from local neighborhoods to entire countries or regions of the world. Public health professionals try to prevent problems from happening or recurring through implementing health education programs, recommending policies, administering services, and conducting research. The Community Health Development concept becomes a central element of population-based health promotion strategies, assisting members of a community to identify a community's health concerns, mobilize resources, and implement solutions. Community empowerment and promotion of the community's capacity to deal with health issues are the goals of such programmes. The seminar will illustrate the Community Health development approach via a case study in Malaysia on prevention and control of NCD which applied Community Health Development as well as interventions based on behavioural theory. Malaysia is classified as a high middle income country. It is a multi-ethnic nation with a growing population experiencing rapid urbanization and vast changes in lifestyles, including poorer dietary habits and less physical activities. Mortality due to CVDs has risen dramatically from 15.7% in 1996 to 25.4% in 2006 and is expected to increase in the subsequent decades. The "PARTNER" project was conducted among the residents of an urban community housing project located in metropolitan Kuala Lumpur, Malaysia. These community housing projects are densely populated with low socioeconomic groups. The PARTNER project explored the health and social needs of low income urban communities, and assessed lifestyle factors and health risk behaviours among the study population. More than 39% of the studied population have hypertension and one out of five low-income urban dweller has high chance of having CVD in the next ten years. An intervention on life style modification and peer support home blood pressure monitoring based on Social Cognitive Theory was also developed, which included social support, self-regulation and self-efficacy. The findings, challenges and lesson learnt from the PARTNER project and the life style programme will be presented and discussed.

Invitant : Stephan Van den Broucke


Lundi 29 août à 14h00
Local E139

Narrative change in a parent group: The incredible years basic parent program. Maria Filomena Gaspar (Université de Coimbra, Portugal)

In this conference we reflect about some of the mechanisms of change that operated in a parenting group where one of the most known parenting program was applied: the Incredible Years Basic (Webster-Stratton, 2012). Several RCT conducted in different countries (Menting, de Castro, & Matthys, 2013), including Portugal (Webster-Stratton, Gaspar, & Seabra-Santos, 2012), show the efficacy of the program in parenting skills and well-being and in child behavior problems (Azevedo, Seabra-Santos, Gaspar, & Homem, 2015). Our point is that in an educational group operate mechanisms of change similar to those operating in a therapeutic intervention with families. We will focus specifically on narrative change over the 14 sessions of the program. The instrument used for the assessment of change through the program sessions was the Grid Therapeutic Process Analysis - GAPT (Sequeira, 2012). The 5 GAPT dimensions correspond to axes considered important in the narrative organization and respective transformation in therapeutic context.

Invitantes : Laurie Loop et Isabelle Roskam


Jeudi 18 août de 14h00 à 15h30
Local : E241

Effects of oxytocin administration and genotype on spirituality and emotional responses to meditation. Patty Van Cappellen, University of North Carolina

The oxytocin (OT) system, critically involved in social bonding, may also impinge on spirituality, which is the belief in a meaningful life imbued with a sense of connection to a Higher Power and/or the world. Midlife male participants (N = 83) were randomly assigned to receive intranasal OT or placebo. In exploratory analyses, participants were also genotyped for polymorphisms in two genes critical for oxytocin signaling, the oxytocin receptor gene (OXTR rs53576) and CD38 (rs6449182 and rs3796863). Results showed that intranasal OT increased self-reported spirituality on two separate measures and this effect remained significant a week later. It also boosted participants, experience of specific positive emotions during meditation, at both explicit and implicit levels. Furthermore, the effect of OT on spirituality was moderated by OT-related genotypes. These results provide the first experimental evidence that spirituality, endorsed by millions worldwide, appears to be supported by OT.

Invitants : Vassilis Saroglou, Centre de psychologie de la religion


Mercredi 29 juin de 11h00 à 12h15
Local Socr 24

Using Group Characteristics to Predict When Worldview Conflict Will Emerge. Mark Brandt Tilburg University, Dept. of Social Psychology

Social psychology often defines prejudice narrowly as unjustified or overgeneralized negative affect towards a group or an individual based on group membership. I adopt a broader prejudice definition as negative affect towards a group or an individual based on group membership. This focuses on the core psychological feature of prejudice (negative affect) and removes difficult or impossible to validate criteria such as unjustifiability and overgeneralization. By taking this broader definition, research can examine how (perceived) characteristics of target groups can lead some people to express prejudice towards some groups but not others. In two sets of studies I will highlight the advantages of this approach. In Study 1, I will show how the typical association between (low) cognitive ability and prejudice (a) does not hold across a diverse set of target groups, (b) shows the opposite effect for some target groups, and (c) that the size and direction of cognitive ability-prejudice association is associated with the perceived ideology and choice over group membership of the target groups. In Studies 2-5, I will show how a similar approach can be used to build simple models that accurately predict the size and direction of the ideology-prejudice association in new samples and for target groups that the models have not seen before. By taking a broad definition of prejudice researchers can make clear predictions about when prejudice will emerge towards which particular groups.

Inviants : Vassilis Saroglou, Centre de psychologie de la religion


 

Lundi 27 juin à 14h00
Local E241

Why to parents do as they do? Insights from longitudinal and interventions studies into the determinants of (changes in) parenting. Maja Dekovic, Université d'Utrecht

Parenting programs, that is, interventions designed to enhance parental role performance through training, support or education, are now-a-days generally accepted as evidence-based interventions for child problem behavior. The idea behind parenting programs is that improvement in parenting would lead to improvement in child outcomes. In the last decade, there is a growing body of research that indeed shows that changes in parenting serve as a causal mechanism that produces changes in child behavior. The question regarding mechanisms that might explain changes in parenting has been asked less often. This is a surprising omission, given that parenting programs aim, in the first place, to change parenting. In our research program (http://www.uu.nl/en/research/child-and-adolescent-studies/research-programmes/development-and-treatment-of-psychosocial-problems-family-dynamics-peers-and-culture), we examine the determinants of (change in) parenting, through both fundamental (longitudinal) studies and applied studies (evaluations of parenting interventions). In this presentation, examples of this work will be presented, focusing specifically on parental sense of competence (i.e., the beliefs parents hold about their ability to parent successfully) as a potential determinant of parenting behavior. The implications of our findings for clinical practice will be discussed.

Invitante : Isabelle Roskam


Jeudi 16 juin de 14h00 à 15h30
Local : E241

What do atheists believe and why? Miguel Farias & Jonathan Jong, Coventry University, UK

It has not taken long since the well-documented "rise of the nones" to establish that the nonreligious are a heterogeneous bunch. If "religion" is not a natural kind category, then it is hardly surprising that its inverse fails to be too. In our presentation, we will first address what nonbelievers may believe in. In a sample of 500 US nonbelievers we asked: If you don't believe in God, what then do you believe in? We then move to explore two potentially competing hypotheses, one taken from Cognitive Science of Religion which asserts that nonbelievers will still hold implicit supernatural beliefs and the other, taken from social and motivational psychology, that nonbelievers will find secular alternatives to believe in (belief replacement hypothesis). We discuss evidence for and against both hypotheses based in our past and current research.

Invitant : Centre de psychologie de la religion


Mardi 14 juin à 15h00
Local : Salle du conseil

L'effet de compensation dans les relations intergroupes. Laurent Cambon, Université Nice Sophia Antipolis

L'effet de compensation dans les relations entre groupes peut s'interpréter, respectivement pour les groupes de bas et haut statut, comme une volonté de (a) rehausser l'estime de soi sur la dimension de chaleur suite à une comparaison défavorable sur la compétence, (b) ne pas paraître discriminant sur la dimension de chaleur après la prise en compte de leur supériorité sur la compétence. Deux études testent ces hypothèses en manipulant (a) la protection de l'estime de soi par la possibilité d'affirmer ou non le soi (b) les normes de non-discrimination par l'activation d'une norme pro- versus non-discrimination. Les résultats montrent que la compensation disparaît bien lorsque les sujets dans les groupes (a) de bas statut ont la possibilité d'affirmer leur soi ; (b) de haut statut sont confrontés à une norme autorisant la discrimination.

Invitant : Vincent Yzerbyt


Jeudi 2 juin à 14h00
Local : Salle du conseil

L'utilisation des probabilités subjectives dans l'analyse des données : Introduction aux statistiques bayésiennes. Wojciech Swiatkowski, Université de Lausanne

Depuis quelques années, on constate dans la littérature un intérêt croissant pour l'usage des statistiques bayésiennes dans l'analyse de données quantitatives. Cependant, force est de constater que ces méthodes d'analyse demeurent encore peu connues dans la communauté scientifique. Le but du séminaire sera donc de familiariser l'audience avec la mécanique de l'analyse bayésienne. Tout d'abord, le premier but de la présentation consistera à expliciter les motivations qui justifient l'intérêt des statistiques bayésiennes, en faisant un bref état d'art sur l'utilisation actuelle des statistiques fréquentistes en psychologie. Ensuite, en référence aux deux définitions des probabilités, nous allons introduire les notions clefs et les bases théoriques des statistiques bayésiennes pour expliquer leur logique inférentielle. On abordera l'équivalent bayésien du test d'hypothèse fréquentiste dont l'utilisation sera étayée par des exemples concrets. La présentation finira par une comparaison et une mise en évidence des différences majeures entre les statistiques fréquentistes et les statistiques bayésiennes.

Invitante : Florence Stinglhamber


Mardi 31 mai à 15h
Local E139

Attachement et Stress. Blaise Pierrehumbert, Université de Lausanne (UNIL)

Attachement et stress forment un couple indissociable : déjà chez le bébé, les comportements d'attachement sont fortement activés lors d'expériences stressantes. La façon dont l'entourage va répondre à ces comportements pourra s'imprégner profondément dans le psychisme de l'enfant: suis-je digne de l'intérêt des autres, de leur affection, de leur empathie ? Pouvoir ressentir le stress dans son corps et exprimer une demande de réconfort dépend ainsi de l'expérience avec les caregivers. Dans nos études, nous avons rencontré des bébés, des enfants et des jeunes adultes ayant subi un stress intense dans la période périnatale, ayant été traumatisés par la maladie dans l'enfance, ayant été abusés, ou encore ayant été carencés. Nous les avons observés et interrogés à l'aide d'instruments relevant de la théorie de l'attachement ; nous avons pu voir comment un attachement sécure peut représenter un facteur de résilience relativement à la santé mentale de la personne traumatisée. Nous avons également étudié les réponses endocriniennes de l'enfant et de l'adulte traumatisé en situation de stress. Dans ces dernières situations, nous avons pu observer la présence de clivages entre le ressenti subjectif, le comportement, et les réponses endocriniennes. Le corps et le psychisme racontent parfois des histoires différentes ; c'est là une trace des expériences de l'enfance.

Invitante : Isabelle Roskam


Vendredi 27 mai de 11h00 à 12h30
Local Soc 23

Effets d'interventions brèves (pleine conscience, psychologie positive) sur la modification des dynamiques affectives. Anne Congard, Aix-Marseille Université

Cette étude a pour objectif d'identifier l'effet des interventions de type mindfulness et psychologie positive sur les paramètres de la dynamique émotionnelle. En effet, si les résultats convergents vers le constat d'une augmentation du bien-être et une diminution de la détresse des participants après intervention, rares sont les études qui se concentrent sur la dynamique émotionnelle impliquée. Les résultats présentés portent sur une étude interventionnelle composée de trois groupes : un groupe contrôle (77 personnes), un groupe expérimental pratiquant la pleine conscience chaque jour (70 personnes) et un groupe réalisant des exercices de psychologie positive chaque jour (75 personnes). Les participants ont rempli différents inventaires en pré et en post test et ont également rempli deux fois par jour pendant 50 jours une fiche d'auto-observation comprenant l'échelle de mesure des affects ressentis. Les résultats ont été modélisés à l'aide de modèles généralisés additifs à effet mixtes (GAMM) ainsi que d'analyses en réseau et montrent des effets différentiés des thérapies sur la dynamique émotionnelle.

Invitante : Moïra Mikolajczak


Jeudi 26 mai de 11h00 à 12h30
Local Soc 23

Modéliser la dynamique émotionnelle : analyse en système dynamique par équations différentielles. Bruno Dauvier, Aix-Marseille Université

La présentation décrit une méthode d'analyse des variabilités affectives sous forme de systèmes dynamiques reposant sur les relations entre les dérivées des séries temporelles (Chow, Ram, Boker, Fujita & Clore, 2005). Elle permet d'identifier trois éléments caractéristique : un point central correspondant à une zone d'équilibre, une forme de réactivité aux perturbations externes et une force de régulation homéostatique maintenant le système à proximité de son point d'équilibre (Kuppens, Oravecz & Tuerlinckx, 2010). Des modèles aditifs généraux à effets mixtes (GAMM) sont utilisés pour identifier les relations entre les dérivées. L'intérêt des GAMM est la possibilité qu'ils offrent de révéler des relations multivariées non linéaires. Cette méthodologie permet d'accéder à des phénomènes de rétroaction positive qui correspondent à des cercles d'auto-renforcement des affects. De plus, les différences interindividuelles de personnalité, en particulier les traits névrosisme et extraversion qui sont théoriquement liés aux dynamiques affectives, seront intégrées dans les modèles de manière à étudier leurs effets sur les différents paramètres (Congard, Dauvier, Gilles & Antoine 2010).

Invitante : Moïra Mikolajczak 


Jeudi 26 mai de 10h00 à 11h30
Local E241

Interpersonal Emotion Dynamics in Intimate Relationships. Dominik Schoebi, Université de Fribourg

Emotional interdependence is a defining feature of intimate relationships, and requires that both partners affective experiences are dynamic, and coordinated. Because emotions signal environmental challenges and prepare individuals to respond to these, interpersonal emotion dynamics likely reflect relational processes with adaptive goals. While interpersonal affect dynamics can be linked to both maladaptive and adaptive relational processes, a tendency to affectively respond to relational cues seems vital. In the current talk, I propose that interpersonal affect patterns need to be interdependent, and coordinate partners? experiences in ways that down regulate negative affect in the relationship and fosters a sense of connection and well-being. I present research showing that individual differences in individual emotion dynamics shape interpersonal experiences, and that specific interpersonal emotion dynamics foster intimacy in close relationships. Furthermore, I present evidence suggesting that the strength of these affective dynamics prospectively predicts long-term individual and relational adjustment.

Invitante : Barbara Gabriel


Mercredi 25 mai à 14h00
Local Soc 27

Illness specific cognitive processing in Chronic Fatigue Syndrome. Alicia Hughues, King's college London

Chronic fatigue syndrome (CFS) is characterized by severe and disabling fatigue. Whilst no single somatic cause has been identified, studies have shown that specific cognitions and behaviours play a role in maintaining the condition. However, little experimental research has been carried to explore the role of more habitual cognitive processes in CFS, such as how people attend to and interpret illness related information. I will present a brief overview of experimental research conducted to date and provide more detail of our recent programme of experimental research, focusing on two studies. The first is investigating cognitive processing biases. The second is a replication study. The findings of both these studies indicate people with CFS have illness specific biases in how information is attended to and interpreted. These biases are not related to comorbid mood disorder or attentional control and may independently play a part in maintaining symptoms by reinforcing maladaptive beliefs and behaviours. I will explore how these cognitive processes contribute to the cognitive behavioural model of CFS and will conclude by suggesting some directions for innovative and research practice

Invitants : Olivier Luminet


Mardi 17 mai 2016 de 15h00 à 16h30
Local Soc 23

Vieillissement, variations stratégiques et fonctions exécutives : études en arithmétique. Patrick Lemaire, Aix-Marseille Université

L'évolution des performances cognitives avec l'âge au cours de la vie adulte est associée à des variations stratégiques bien identifiées. Ainsi, dans de nombreuses tâches cognitives, les adultes âgés utilisent moins de stratégies que les jeunes et/ou des stratégies différentes, utilisent plus fréquemment des stratégies moins efficaces, exécutent les stratégies disponibles avec plus de difficultés et sélectionnent sur chaque problème la meilleure stratégie moins systématiquement (Lemaire, 2015, pour une revue). Parmi les facteurs responsables de ces variations stratégiques au cours du vieillissement, les mécanismes de contrôle exécutif ont fait l'objet d'une attention particulière. Dans une série d'études en arithmétique, nous avons montré que l'évolution avec l'âge de l'efficacité des mécanismes de contrôle exécutif est un médiateur de l'évolution stratégique au cours du vieillissement. Ces études seront présentées ici. Leurs résultats permettent de réconcilier des approches quantitatives (mettant l'accent sur l'évolution de ressources de traitement de l'information) et des approches qualitatives (e.g., les stratégies cognitives) du vieillissement.

Invitante : Marie-Pascale Noël


Jeudi 28 avril à 09h30
Local E241

Neuroendocrine and Health Effects of Social Relationships. Richard B. Slatcher, Wayne State University, Université de Fribourg

Several decades of research have demonstrated that social relationships can have a powerful influence on health and well-being. However, we still know surprisingly little about how social relationships affect physical health both in terms of psychological processes and biological ones. This talk highlights research investigating the emotional, cognitive, behavioral and biological mechanisms through which social relationships get under the skin to impact health. The first section focuses on links between marital relationships, health, and daily cortisol production. The second section focuses on the effects of family social environments on the health and well-being of youth. The talk will conclude with a discussion of ongoing and next steps in this research, including investigating the epigenetic effects of social relationships on the immune system, longitudinal work, and interventions.

Invitante : Barbara Gabriel


Mercredi 27 avril de 14h00 à 15h30
Local Soc 43

The effects of oxytocin on social approach - part 2. Sina Radke (RWTH Aachen University)

In several placebo-controlled administration studies, we investigated the effects of oxytocin on social approach in healthy volunteers. Combining assorted interactive paradigms with intranasal administration of 24 IU of oxytocin, and partially also fMRI, allowed us to map different aspects of approach-related processing and behavior. Applying a well-established social approach-avoidance task in which participants react to angry and happy faces by pulling or pushing a joystick, respectively, we found oxytocin to increase approach towards angry faces with direct gaze in participants with low levels of social anxiety. However, beyond this published finding, other results have remained in our drawer, which I would like to share and discuss with you.

Invitants : Moïra Mikolajczak & Olivier Luminet


Mardi 26 avril de 14h00 à 16h00
Salle du conseil A224

Tendances à l'approche/évitement : une approche de cognition. Dominique Muller, Université Grenoble Alpes

Comment devons-nous réagir face à telle ou telle catégorie de stimuli ? L'un des modes de réponses cruciales concerne la question de savoir si nous devons nous approcher ou nous éloigner. Au lieu de délibérer à propos de cette question, il semble plus efficace de réactiver les tendances adoptées par le passé. Dans cette présentation, nous proposerons d'adopter une approche de cognition incarnée sur la façon dont ces expériences passées sont stockées en mémoire. Nous étayerons ensuite cette proposition à l'aide des travaux précédents sur les tendances à l'approche/évitement. Enfin, nous présenterons des études permettant de démontrer qu'une tâche d'approche/évitement élaborée suivant les principes mis en lumière par cette approche s'avère particulièrement propice à la démonstration d'effets de compatibilités d'approche/évitement (i.e., approche de stimuli positifs et évitement de stimuli négatifs).

Invitant : Olivier Corneille


Mercredi 13 avril à 10h00
Local E139

La qualité de vie liée à l'usage d'alcool : une approche centrée sur la personne permettant de repenser le soin et la prévention. Amandine Luquiens, Hôpital Paul Brousse - Université Paris-Sud

L'évolution des pratiques en alcoologie, suivant le modèle des soins centrés sur le patient, permet une meilleure prise en compte du point de vue du patient, participant à la définition de ses objectifs thérapeutiques et à leur évaluation. Nous illustrerons l'apport de cette approche dans la construction du soin, via l'échelle « Alcohol Quality of Life Scale », mesurant l'impact des consommations sur la qualité de vie, à partir de l'analyse qualitative du vécu subjectif des patients. Un travail complémentaire qualitatif a montré le caractère transculturel de l'impact des consommations d'alcool sur la qualité de vie, malgré des habitudes de consommation différentes. La qualité de vie rapportée par la personne est un abord original pour explorer différents modes de consommation à risque (p.ex. binge drinking), et repenser les stratégies de prévention. Nous avons ainsi pu montrer dans une enquête en ligne auprès de 16930 étudiants que ceux ayant eu au moins un épisode de binge drinking dans le mois avaient une qualité de vie réduite. La fréquence des épisodes de binge drinking et l'identité de buveur étaient des facteurs indépendamment associés au niveau d'impact de la qualité de vie.

Invitants : Laboratoire de Psychopathologie Expérimentale (LEP)


Vendredi 25 mars de 14h00 à 16h00
Local : E241

La clairvoyance de la désirabilité sociale : Une nouvelle approche de la falsification des mesures autorapportées. Benoît Dompnier, Université de Lausanne

Depuis plus de 50 ans, de nombreuses recherches ont été conduites pour quantifier l?impact de la désirabilité sociale et des stratégies de présentation de soi sur la validité des mesures autorapportées. Ces travaux sont arrivés à la conclusion que le biais de désirabilité sociale n?a qu?une influence très limitée sur la validité de ce type de mesure (e.g. Ones, Viswesvaran, & Reiss, 1996). Dans ce séminaire, nous interrogerons cette conclusion à la lumière de recherches récentes conduites à partir d?une méthode alternative de mesure de la désirabilité sociale : le paradigme de l?autoprésentation (Gilibert & Cambon, 2003; Py & Somat, 1991). Ces recherches ont mis en évidence, d?une part, que la connaissance des individus de la désirabilité sociale d?un construit donné en réduisait la validité prédictive (Dompnier, Darnon, & Butera, 2009, 2013). D?autre part, cette connaissance renverrait à une variable différentielle supra-ordonnée ? la clairvoyance de la désirabilité sociale ? qui se manifesterait dans les réponses autorapportées et que les individus pourraient mobiliser dans certaines situations sociales afin de donner une bonne image d?eux-mêmes (e.g. contextes évaluatifs).

Invitant : Vincent Yzerbyt


Jeudi 24 mars. Conférence annulée et reportée à une date ultérieure !

Cyberaddicts in elderly:data and perspectives. Sophia Achab, MD,PhD Médecin-Adjointe au chef de Service Service d'addictologie, Hôpitaux Universitaires de Genève

Problematic Internet use in elderly has received little interest within the medical literature until now. This point to the need of specific research to better apprehend the current and potential future public health issues specific to this part of the population. Even if the currently elder may only moderately be concerned by internet related health problems, current data on young adults point to a future need to seriously consider the development of prevention policies and health care programs specifically tailored to the aging population

Invitants : Joël Billieux et le Laboratoire de Psychopathologie Expérimentale


Vendredi 18 mars de 11h00 à 12h00
Local E139

La publicité et le bien-être de femmes : étude des stratégies pour combattre les effets néfastes de l'exposition à l'idéal de minceur. Leila Selimbegovic, Maître de conférence, Université de Poitiers. Centre de Recherches sur la Cognition et l'Apprentissage (CeRCA)

Dans les sociétés occidentales contemporaines, la publicité valorise la minceur, souvent excessive, en tant qu’idéal de beauté féminine. Or, la recherche montre que l’exposition à ce type d’images publicitaires nuit au bien-être psychologique et physique des femmes. Ces standards de beauté sont inatteignables pour une grande majorité de femmes, d’autant plus que les photographies publicitaires sont retouchées dans des logiciels de traitement d’image avant d’être publiées. Nos travaux développent cette ligne de recherche en se focalisant sur des mesures implicites du contenu de la pensée suite à l’exposition à l'idéal de minceur, et en examinant l’efficacité de certaines stratégies visant à protéger le public féminin. L’intervention se focalisera sur cette dernière facette de nos recherches: étude des techniques de protection des femmes des effets néfastes de l’exposition à l’idéal de minceur. Une stratégie souvent mise en avant consiste à informer le public qu’une photographie a été retouchée afin de modifier l’apparence corporelle du modèle. Cette stratégie devrait favoriser l’adoption d’un regard critique par rapport au contenu de la publicité et souligner son caractère irréaliste, amenant ainsi les femmes à ne pas se comparer à ces images et ne pas en subir les conséquences. Or, plusieurs recherches récentes suggèrent que cette stratégie tend au contraire à amplifier les effets négatifs de l’exposition à l’idéal de minceur. Une première étude visant à examiner l’efficacité de cette stratégie à long-terme (2 mois), se focalisant sur une mesure implicite de l’accessibilité des pensées négatives, sera présentée. Cette étude donne des résultats cohérents avec l’idée que le démenti précisant que la photographie a été retouchée favorise l’accessibilité des pensées négatives. Etant donné l’inefficacité et les effets souvent contre-productifs de cette stratégie, nous avons commencé à explorer d’autres moyens de protéger les femmes des effets d’exposition à l’idéal de minceur. La seconde étude qui sera présentée s’attache à examiner l’utilité d’une procédure de ré-entrainement des associations entre les concepts de la beauté et de la minceur. Le ré-entrainement des associations mentales a déjà été validé comme une stratégie efficace dans le contexte de la menace du stéréotype ou encore dans la prévention de la rechute alcoolique. De façon cohérente, nos résultats montrent que cette technique est également efficace lorsqu’il s’agit de protéger les femmes relativement corpulentes d’une augmentation de l’insatisfaction corporelle suite à l’exposition à l’idéal de minceur. D’autres études en cours seront évoquées dans le cadre d’une discussion sur les processus qui sous-tendent ces effets.

Invitants : Joël Billieux et le Laboratoire de Psychopathologie Expérimentale (LEP)


Lundi 14 mars à 13h00
Local : salle du conseil A224

Exploring individual differences in exposure to understand the development of face perception. Margaret Moulson, PhD Associate Professor, Department of Psychology, Ryerson University, Toronto, Canada

Faces are arguably the most important visual stimulus used in human social communication. Exposure to faces is ubiquitous during development; however, the number and diversity of faces infants and children encounter vary enormously. It is well documented that this diversity is related to infants’ developing face processing ability. For example, infants develop expertise only for those face categories with which they have significant experience, and infants deprived of face experience show disruptions in face processing. Despite the extensive literature linking early experiences to face learning, it is unclear what aspects of experience are crucial and how individual differences in experience might lead to individual differences in face processing ability. In this talk, I will present recent findings from two lines of research in my lab. In the first line of research we use head-mounted cameras to document infants’ natural, daily exposure to faces from their own perspective. In the second line of research we investigate how face and emotion perception are influenced by experience with different face categories. Our findings demonstrate how differences in daily face exposure shape the development of face and emotion perception.

Invitant : Bruno Rossion


Jeudi 3 mars de 14h à 15h30
Local E139

Older workers and late career; the contribution of work and organizational psychology. Franco Fraccaroli, Université de Trento

The traditional relationship between age and work has been severed. There are increasing pressures to work longer at a mature age (raising of the pensionable age); there are more favourable individual conditions to continue working (good health); it is increasingly necessary for work organizations to manage complex generational relationships (between young work entrants and mature adults); the transition to retirement often combines with work more or less central for the individual. These social and organizational processes require responses and interventions by work and organizational psychologists. How do workers? abilities, skills, and motivations change with age? How can the presence in work of mature people be assured while at the same time favouring efficiency, quality of working life, and individual well-being? How can the consolidated negative stereotypes of elderly workers be overcome? How can human resources management in work organizations be differentiated according to the ages of workers? Some answers will be offered to these questions by drawing on the studies conducted or currently underway by the research group of University of Trento in cooperation with Portland

NB : la communication sera faite en français.

Invitants : Donatienne Desmette et Stefan Agrigoroaei


Mercredi 24 février à 10h30
Local Soc 43

On the role of interoceptive processes for emotions and health-related behavior. Olga Pollatos, Universität Ulm, Allemagne

Interoception is understood as the sensing and representation of signals concerning the internal state of the body. Within psychology, there has been a resurgence of interest in interoception, driven by increasing realization of the extent to which mental processes are embodied. Individual differences in perception of, and sensitivity to, changes within the internal bodily state are one way of quantifying interoceptive processes. Empirical data presented here will focus on the role of interoception for emotions and their regulation as well as for health-related behaviour. This includes results on the role of interoception for reducing aversive states provoked by social exclusion and for the use of different emotion regulation strategies. Furthermore, data on the interplay between interoception and physical activity, body weight and eating behaviour will be presented referring to different methods used such as EEG; heart rate or heart rate variability. Samples assessed include healthy adults, clinical populations as well as children and adolescents, demonstrating that interoception has broad implications across perceptual, cognitive, emotional and behavioural domains.

Invitants : PSYFOOD UCL-ULB joint research group (Promotors: Axel Cleeremans, Olivier Corneille, Olivier Klein, Olivier Luminet, Stephan Van den Broucke)


 

► Archives des séminaires IPSY 

 

Publié le 03 juin 2016