Ortalia, Vivez l’orthographe autrement !

Louvain-La-Neuve

Publié le 22 mai 2017

Vous avez le sentiment que l’orthographe laisse parfois à désirer ? L’UCL vient de mettre au point, en collaboration avec la société Altissia, un logiciel destiné à améliorer les compétences orthographiques. Son nom ? Ortalia. Sa spécificité ? Il s’agit d’un outil inédit qui dispense des dictées en ligne avec correctifs automatiques et explication des erreurs. Il permet, à force d’entraînement, d’améliorer sa maîtrise de l’orthographe. Cet outil, issu des recherches du centre automatique du langage de l’UCL, est rendu public grâce à la société Altissia qui vient de lui donner vie dans une interface à la fois ludique et originale. Ce « coach » disponible 24h/24 et 7j/7 est désormais au service des étudiants, des professionnels ou de tout passionné de la langue française qui veut améliorer sa maîtrise de l’orthographe.

À l’heure du numérique, écrire, c’est dépassé ? Faux ! Les études démontrent que l’on communique de plus en plus par écrit et qu’il existe de moins en moins de filtres entre la rédaction et la publication. De plus, posséder une bonne orthographe est un gage de réussite, à plusieurs niveaux : d’abord dans l’enseignement (du primaire au supérieur) mais aussi dans son environnement professionnel. L’orthographe est en effet une composante importante de la communication écrite. Dans de nombreux cas, elle facilite la lecture, car elle permet d'établir des liens entre les mots et de mieux comprendre le sens d’un texte. Même si l’écriture ne se réduit pas à l’orthographe, celle-ci est un outil indispensable pour s’exprimer de manière claire et précise par écrit. Par ailleurs, l'orthographe conditionne l’image que l'on donne de soi lorsque l’on écrit à quelqu'un. Améliorer son orthographe, c'est donc améliorer l'impression que l'on fait aux autres en leur écrivant.

La recherche. L’aventure démarre au CENTAL en 2007, dans le cadre d’un projet de recherche financé par la Région wallonne sur la correction orthographique. Richard Beaufort, un jeune docteur qui vient de rejoindre l’équipe, adapte une technologie du traitement automatique du langage (notamment utilisée pour la recherche SMS4Science) qui permet de comparer deux textes similaires, tel un miroir, et d’en détecter les différences. Cette technologie va être réutilisée afi d’identifier les fautes d’orthographe et d’ensuite les corriger... et même de les expliquer, grâce à des programmes de traitement automatique du langage (TAL) et à des ressources grammaticales développées par les linguistes UCL. L’outil était né, mais encore fallait-il en faire une application à la fois robuste (accessible simultanément à des milliers d’utilisateurs) et agréable à utiliser (avec des parcours ludiques et des interfaces high-tech). C’est la société Altissia, spécialisée dans l’enseignement des langues et du langage et proche collaborateur de l’UCL, qui a rendu cela possible. Un parfait exemple du trajet de la recherche universitaire : d’abord issue de la recherche fondamentale, puis appliquée de l’UCL, la technologie est finalement mise à la disposition du grand public grâce à un partenariat université – entreprise. Et bien sûr l’histoire ne s’arrête pas là puisqu’Altissia fera régulièrement évoluer cet outil en le dotant de nouvelles fonctionnalités.

L’objectif. Permettre à tout un chacun d’améliorer son orthographe. Comment ? En s’inscrivant sur la plateforme et en suivant un parcours, individuel et progressif, de dictées en ligne avec corrections et explications automatiques. Le parcours est progressif et pédagogique : les erreurs sont expliquées et des liens sont proposés vers les règles d’une grammaire de référence qui permet à l’utilisateur de revoir les points les plus utiles pour améliorer son niveau.

Pour qui ? L’outil sera mis gratuitement à la disposition des étudiants de l’UCL et de son personnel. L’apprentissage de l’orthographe ne fait pas directement partie des missions de l’université, mais il contribue à mieux outiller les étudiants pour leur parcours professionnel futur. Quant à la version payante, elle sera accessible au grand public, avec un intérêt particulier pour l’enseignement supérieur et secondaire.

Concrètement, Oralia propose 4 niveaux de 3 leçons chacun. Il retient le parcours de l’utilisateur et revient sur les faiblesses observées. Chaque leçon explique au préalable les règles grammaticales qui seront visées. Dès sa dictée terminée, l’internaute reçoit ses corrections en 5 sec. avec des explications et des renvois vers une grammaire de référence (Le Petit Grevisse).

Découvrez Ortalia sur : www.ortalia.com