Thèses défendues

CISMOC

Ghaliya Djelloul : « Setra, entre dispositif d’enserrement et tactiques de desserrement : lecture genrée et spatiale du « champ du pouvoir » en Algérie par l’analyse de la « motilité » de femmes résidant à Alger »

Cette recherche interroge l’évolution du lien social en Algérie, après la « guerre contre les civils » qui a déchiré sa société dans les années 1990. Partant de l’énigme de l’apparente stabilité d’un régime, qui traverse pourtant une crise de sens structurelle depuis au moins trois décennies, je me suis appuyée sur une conception foucaldienne du pouvoir pour comprendre la reconfiguration du « champ du pouvoir » à partir d’une approche infra-étatique.

Pour cela, j’ai accompagné 25 femmes, d’une diversité de profils et de parcours à l’échelle de la ville d’Alger, durant leurs déplacements quotidiens entre 2014 et 2016 afin d’analyser leurs ancrages et potentiel de mobilité spatiale et sociale (motilité). M’inscrivant dans une perspective féministe, j’ai envisagé les rapports de genre comme une prise transversale à partir de laquelle observer l’enchevêtrement des structures sociales et les rapports de pouvoir qu’elles génèrent.

Partant des « places » attribuées à mes enquêtées par leurs familles et communautés, ainsi que les techniques déployées pour les inciter à y rester, l’enquête met en évidence les enjeux que soulève l’encadrement du mouvement des corps féminins à travers les espaces (dispositif d’enserrement). Elle met également en lumière les stratégies de résistance mises en place par les actrices sociales pour s'approprier le champ des possibles en matière de mobilité spatiale, en vue d'un projet de mobilité sociale (tactiques de desserrement).

Cette étude entend démontrer que ces formes de transitions locales modifient l’effectivité des rapports de pouvoir et favorisent un processus d'individuation, malgré les forces de résistance au changement qui tentent de maintenir une centralité de l’espace domestique sur les acteur·trice·s sociaux par le biais d'un espace public communautaire. (2013-2020, co-promoteurs: B. Maréchal, L. Addi de Georgetown University dans le comité d’accompagnement )

Younes Van Praet : Socio-anthropologie de l’enseignement de l’islam dans l’agglomération rouennaise : rapports de genre et évolutions des légitimités

La place émergente des femmes dans les enseignements religieux fait partie des nouvelles recompositions des socialisations religieuses en cours en Europe. Au travers de la thèse, je compte approfondir cette analyse en l’intégrant dans la problématique générale de la transmission de l’islam (qui comprend les domaines des enseignements religieux et de l’éducation religieuse au quotidien). Reconnues comme légitimes dans le domaine de l’éducation des enfants, les femmes entrent dans le domaine de prédilection de la sphère masculine, les enseignements islamiques. Il s’agit d’en étudier les enjeux auprès des populations musulmanes, et notamment de comprendre les recompositions des rapports de genre qui se jouent dans cette construction des légitimités féminines à travers la transmission de l’islam. (2013-2018, co-promoteurs: B. Maréchal, P. Cohen & E. Palomares de l’Université de Rouen)

Elsa Pirenne : Sociographie des communautés musulmanes du Luxembourg: entre sensibilités communautaires et projet(s) d’institutionnalisation de l’islam

L’islam est aujourd’hui la seconde religion du Grand-duché du Luxembourg en terme de nombre de croyants, comptabilisant 2% de la population nationale. Les musulmans du Luxembourg sont divers dans leurs spécificités religieuses proprement dites et leurs structures organisationnelles. Cette recherche a pour objectif premier d’analyser les différentes doctrines de l’islam au Luxembourg pour en établir une “typologie”. Ceci comblera en partie le manque de connaissance des communautés musulmanes au Luxembourg ainsi que de leurs interactions à la fois entre elles et avec la société environnante. Le second objectif est de définir comment les associations musulmanes se structurent en associations sur le territoire en vue d’analyser le/les projet(s) d’institutionnalisation de l’islam au Grand-Duché du Luxembourg, la religion musulmane n’étant pas conventionné par l’Etat jusqu’à présent. La recherche participe à un projet plus vaste mandaté par le gouvernement luxembourgeois afin d’établir un portrait de l’islam au Luxembourg. (2014-2018, co-promoteurs: B. Maréchal, Ph. Poirier - Université de Luxembourg)

Gaëtan Du Roy: La vie religieuse et sociale des chiffonniers du Moqattam, institutions, pratiques, représentations

L'intention de cette recherche est de retracer le parcours des acteurs religieux dans le quartier de chiffonniers du Moqattam (à savoir surtout Soeur Emmanuelle épaulée par la congrégation copte des Filles de Marie et Abûnâ Sam'ân). Il s'agit d'essayer de comprendre l’impact de leur action sur les habitants, mais également comment ceux-ci perçoivent ces différents acteurs. A travers une enquête de terrain nous tentons en outre de saisir l'impulsion que ces intervenants ont donné à la vie religieuse des coptes du Moqattam (pratiques de dévotion, croyances, écoles du dimanche...) mais aussi leur place dans la vie sociale du quartier (la vie "politique" locale", la constitution de réseaux de clientèle, la proximité avec tel ou tel clan...). Un autre volet concernera la manière dont ces différents acteurs religieux ont tissé des liens avec l'extérieur du quartier, notamment grâce au réseau des paroisses et au rayonnement des deux grandes figures religieuses du quartier dans des styles très différents. Cette vie communautaire s’est développée également en rapport avec l’amélioration progressive des conditions de vie des chiffonniers. Les rapports des acteurs religieux vis-à-vis de la problématique du développement apparaissent donc particulièrement cruciaux pour comprendre leur ancrage dans le quartier. Ce travail s’inscrit dans une démarche socio-historique basée essentiellement sur des sources orales et l'observation directe. (2006-2014, promoteurs : P. Servais & J. den Heijer)

EL Asri Farid : L'expression musicale de musulmans européens comme indicateur des transformations des subjectivités contemporaines

Notre domaine de recherche s'articule autour de l'expression musicale de musulmans européens comme indicateur des transformations des subjectivités contemporaines. Cet angle d'approche éclaire le phénomène peu exploré des lentes mutations culturelles et cultuelles des intimités qui s'opèrent au quotidien dans les foyers musulmans d'Occident. Nous étudions donc les productions musicales en tant que terrain privilégié d'observation des transformations contemporaines des identités musulmanes qui explicitent la dimension religieuse. Les artistes musulmans d'Europe sont habités de sphères distinctes, mais aux frontière souples, telles que la tradition culturelle héritée ou de l'ailleurs, celle culturelle et civilisationnelle musulmane et celle islamique et ils vivent des interpénétrations multiples. C'est cette complexité qui est mise en exergue au travers de la négociation des sphères et les constitutions d'intersections. Ce rapport des identités plurielles, parfois contrastées, met en évidence le dialogue identitaire et permet aussi de jauger le degré de fidélité des artistes au référentiel islamique, que ce soit par la norme, le sens… Cette recherche se veut en même temps une contribution à l'étude des croisements et des métissages culturels ainsi qu'aux conditions de leurs possibilités, car ces productions musicales puisent leurs répertoires tant dans la tradition islamique, dans celle musulmane et dans celle spécifiquement européenne-occidentale contemporaine. Cette recherche se veut aussi une contribution à une socio-anthropologie des expressions musicales contemporaines. Les artistes musulmans européens négocient une sémantique qui s'élabore à partir de la reformulation des identités et sculptent des contours musicaux islamiquement normés, culturellement métissés et mondialisés tout en étant, à partir d’un système de sens définit par le religieux, dans le développement d'un processus de spiritualisation dans la culture de l'Occident.(2005-2010, promoteur: F. Dassetto)

Belhaj Abdessammad : L'islam comme instrument de politique étrangère à travers le cas du Maroc. Une contribution à l'étude de la religion en politique étrangère

La diplomatie marocaine a intégré d'une façon claire le facteur islamique dans ses relations extérieures depuis l'indépendance et lui a toujours gardé une place de choix durant la guerre froide. Cette ligne diplomatique a été favorisée et maintenue par Hassan II et Mohamed VI après le 11 septembre, bien qu'elle subisse actuellement des réformes très importantes au niveau de la conception et de l'action. Une étude comparée de la dimension islamique dans la politique étrangère du Maroc, entre les deux chefs de l'État (Hassan II et Mohamed V), sera nécessaire pour mettre en perspective les innovations apportées par Mohamed VI à une politique qu'on associe souvent à Hassan II. (2004-2008, co-promoteurs: C. Roosens, F. Dassetto)

Koutroubas Theodoros : L'action politique et diplomatique du Saint-Siège au Moyen-Orient pendant la première décennie de l'après Guerre Froide (1990-2000)

La référence au mouvement des Frères Musulmans est centrale dans le monde musulman contemporain en raison notamment de l'influence qu'elle exerce sur le plan symbolique et intellectuel pour l'ensemble de la pensée musulmane. Notre attention se focalise sur l'étude de cette mouvance en tant qu'elle constitue une réalité organisationnelle, un complexe qui s'autonomise au sein d'un contexte sociologique radicalement distinct. Cette tendance s'y est déjà développée sous l'aspect de quelques pôles, qui semblent s'être particularisé et avoir pris une certaine indépendance par rapport au noyau fondateur égyptien tant dans les logiques de fonctionnement qu'au niveau des idées mises en exergue. Elle se connecte par ailleurs aux dynamiques intellectuelles de l'islam globalisé. Notre étude consiste donc à saisir les formes organisationnelles qui structurent cette mouvance ainsi que l'éventuel leadership qui en émerge, ses logiques de fonctionnement et, enfin, le contenu même des doctrines et idéologies. (2002-2006, promoteur: C. Roosen)

Maréchal Brigitte : Héritage-Transmission-Organisations dans la mouvance des Frères Musulmans : dynamiques européennes et implantations nationales (Belgique, France, Grande-Bretagne)

Les FM sont arrivés en Europe surtout à partir des années 1960. Leurs parcours et leurs situations sur le continent européen y sont d'autant plus difficiles à appréhender que les membres de ce mouvement sont d'origines variées, intégrés dans des contextes nationaux différents, et doivent composer avec de multiples sensibilités et pratiques. Les Frères sont marqués par cette expérience de vie dans des sociétés qui ne sont pas majoritairement musulmanes. En y (re)constituant des dynamiques spécifiques, parfois hétéroclites, ils cherchent à se faire entendre, à faire valoir leurs positions. Ils s'intègrent dans le champ islamique européen et le transforment, mais influent également sur les dynamiques du champ social global. Le défi de cette thèse est de cerner les acteurs individuels et collectifs qui sont animés par l'héritage des Frères pour pouvoir présenter la nature des évolutions en cours sur le plan des structures organisationnelles et des idées. Pour saisir les lignes de tension et les noeuds actuellement pertinents au sein de ce que nous décidons d'appeler la mouvance des Frères Musulmans, nous optons pour deux grands angles d'approche. D'une part, étant donné l'omniprésence de certaines personnalités passées et de certains thèmes, les pratiques discursives sont étudiées dans leurs liens de (dis)continuité à l'héritage Frères. D'autre part, la mouvance est étudiée du point de vue des appartenances individuelles mais également d'un point de vue organisationnel et relationnel à partir des dynamiques d'action qui y sont mises en oeuvre. Cette thèse se veut être une tentative de synthèse des dynamiques en cours. Elle est menée à partir d'une étude de terrain auprès de FM européens, constituée de plusieurs dizaines d'interviews de militants européens et non européens, principalement en Belgique, en France et en Grande-Bretagne, et la participation à de nombreuses activités entre 2000 et 2005. (2000-2006, promoteur : F. Dassetto)

Thomas Pierret : Fondements et exercice du pouvoir chez les oulémas syriens. Légitimités, pratiques sociales et ambitions politiques

Au sein de la société urbaine syrienne, l’autorité morale exercée par les oulémas est actuellement sans équivalent. Cette autorité repose d’abord sur des légitimités diverses (traditionnelle, savante, charismatique et politique) que le clergé local s’efforce d’asseoir par le biais de pratiques discursives et de manipulations symboliques. Elle résulte ensuite d’interactions quotidiennes (enseignement, guidance spirituelle, médiation, travail caritatif, …) par le biais desquelles les oulémas nouent des relations intimes avec les fidèles. Enfin, cette autorité morale constitue un capital social que les leaders religieux syriens entendent convertir en influence politique, en élargissant leur accès à la sphère publique mais aussi en intervenant directement auprès des institutions étatiques.(2005-2009, co-promoteurs: F. Dassetto, G. Kepel)

Raptopoulos Nikolaos : La Turquie et les pays du Sud-Est de l'Europe (1991-2001): La politique étrangère - l'identité nationale - la sécurité

Le lien entre les communautés musulmanes et turques de Sud-Est européen et la politique étrangère turque constitue un aspect fondamental dans l'étude de la politique étrangère du pays envers les pays de la péninsule pendant les années 1990, une décennie fort troublée.
La Turquie, généralement parlant, poursuit des relations de "pérennité" avec les communautés turques et musulmanes, présentes sur le territoire Sud-Est européen, ainsi qu'avec les pays majoritairement musulmans comme l'Albanie et la Bosnie-Herzegovine.
Ceci est devenu plus claire durant la première décennie qui a suivi la fin du système de la bipolarité internationale. La Turquie, libre des contraintes, manifesta sa volonté de s'engager prudemment mais activement dans la région. Chose qui a engendré des préoccupations de la part des autres pays de la région. La Turquie était soupçonnée de vouloir atteindre ses propres intérêts en instrumentalisant la religion pour construire une alliance, un axe, entre les communautés turques et musulmanes de la péninsule. Notre étude vise donc à étudier les stratégies et les moyens que le pays déplore dans sa politique étrangère pour atteindre ses objectifs nationaux. (2003-2007, promoteur: C. Roosens)

Vloeberghs Ward : Islam globalisant ou globalisation islamique? Enquête sur la relation des deux phénomènes

L'islam semble étendre son emprise sur un nombre de domaines sociétaux qui va en s'accroissant. Le phénomène s'observe sous des formes différentes (khulc en Égypte, question des femmes voilées en Europe comme au Machreq, résistance religieuse en Iraq, au Liban et dans les Territoires Occupés). Bref, il semblerait qu'au moins la face perceptible et visible de diverses sociétés arabes s'islamise.
Par ailleurs, on voit surgir le phénomène de la globalisation. Cette tendance d'enchevêtrement de plus en plus rapide de systèmes et de marchés semble affecter la souveraineté des États.
Quelle est la relation entre l'islam et la globalisation? Comment des cultures musulmanes se positionnent-elles vis-à-vis de la globalisation? Y a-t-il des convergences et des divergences traçables entre les différents "islams" en progression?
Si on constate une tendance d'islamisation de la vie publique, on observe également au travers de la région couramment appelée "monde arabe" - comme s'il s'agissait d'une entité monolithique figée - un essor extraordinaire de la popularité des modes de vie occidentaux propagée par l'industrie que Barber a nommé McWorld. Conjointement apparaît une autre problématique: celle de la relation entre globalisation et démocratie.
Sans négliger le cadre historique, il conviendra donc de mesurer les références à l'islam à différents niveaux: pouvoirs politiques, mouvements sociaux des parties de la société.
À ces fins, il nous faudra examiner différents secteurs publics, privés et sociaux dans certains pays du Machreq. Il conviendra de sélectionner soigneusement des secteurs clés, susceptibles d'illustrer les phénomènes. (2004-2008, co-promoteurs: A. Aït Chalaal, F. Dassetto)